S'appliquer quotidiennement du gel hydroalcoolique sur les mains est-il dangereux? Est-ce efficace? Est-ce inflammable? Quelques explications sur ce produit qu'on utilise de plus en plus.

"Je me suis brûlé les mains à force d’utiliser du gel hydroalcoolique" affirmait il y a quelques jours un ami. Par "brûlure", il entendait des rougeurs et une sorte d'eczéma inhabituel. "Je me sers du gel hydroalcoolique plusieurs fois par jour, je n’ai pas le choix à cause de mon travail" précise-t-il.

A-t-il raison d'incriminer ce gel? Ça, seul un médecin pourra le lui dire. Ce qui est sûr, c'est que ce produit désinfectant est devenu incontournable depuis la crise du coronavirus. Et qu'il est important de rappeler deux-trois petites choses à son sujet!

1/ LE GEL HYDROALCOOLIQUE EST EFFICACE

L'efficacité du gel hydroalcoolique est avérée. Elle a été mesurée sur des bactéries comme les staphylocoques, les listeria ou les salmonelles; les virus (grippe, gastro, SRAS et bien évidemment le coronavirus) mais aussi les candidoses et aspergilloses. Du moins, si on choisit le bon gel! Car en France, l'agence nationale du médicament (ANSM) recommande avant tout les produits hydroalcooliques portant la norme NF EN 14476, qui indique que le produit tue aussi les bactéries et les champignons, en plus des virus. Attention d'ailleurs, des gels de mauvaise qualité ou contrefaits circulent aussi, et ils peuvent être inefficaces voir dangereux pour la santé.


2/LE GEL HYDROALCOOLIQUE N'EST PAS SANS DANGER

Vous vous en doutiez, s'appliquer un désinfectant sur les mains tous les jours ne peut pas être anodin.

La concentration d'alcool optimale d'un gel est "comprise entre 60% et 70%", rapporte l'ANSM. Gare, au-delà de 70%, la quantité d'alcool est trop importante et il y a un risque de développer des éruptions cutanées.  
Céline Couteau, maîtresse de conférences à la faculté de pharmacie de Nantes citée par Ouest France, explique pourquoi s’en appliquer de manière quotidienne, voire plusieurs fois par jour, n’est pas idéal : "L’alcool est un exhausteur de pénétration. Cela peut réduire les moyens de défense de la surface de la peau : on amenuise la flore cutanée et on risque de développer d’autres pathogènes car tous les germes que l’on a à la surface de le peau ne doivent pas être éradiqués. Nous avons la flore cutanée résidente qui est là pour nous défendre. Et on en a une transitoire qu’il est bon d’éliminer par le lavage des mains."

Bref, le gel hydroalcoolique est un peu une sulfateuse qui va tirer sur tout ce qui bouge, alliés comme ennemis... A utiliser avec modération, donc!

3/ UNE APPLICATION "VITE FAIT" NE SUFFIT PAS

On l'a vu, s'appliquer du gel hydroalcoolique n'est pas anodin, donc ce serait dommage de le faire pour rien! C'est pourtant ce qui arrive si on se contente d'étaler rapidement du gel dans ses mains.

Car comme pour le savon, le nettoyage est efficace si on prend le temps de  bien le faire: il faut appliquer le produit sur les mains minutieusement pendant au moins 30 secondes en réalisant une friction paume contre paume, sur le dos de chaque main, dans les espaces interdigitaux, sur le dos des doigts, sur le bout des doigts et les ongles, puis sur les poignets, et ce, jusqu’à ce que vos mains soient totalement sèches.

4/ IL EST MOINS EFFICACE QUE LE SAVON

Oui, le gel tue les bactéries, virus et champignons. Mais encore faut-il que les mains soient sèches et un minimum "propres"... car sinon son efficacité est diminuée! Car le gel "désinfecte", mais ne nettoie pas.

C'est pourquoi le lavage des mains avec de l’eau et du savon (quand il est bien fait) reste la barrière la plus efficace contre les virus, car il nettoie et désinfecte à la fois. Bref le savon, c’est plus propre, plus sain, plus écolo et plus efficace.

A noter aussi que l'efficacité du gel diminue lorsqu'il est exposé à de fortes chaleur, l'éthanol s'évaporant à 78°C. Si on laisse la bouteille ouverte au soleil par exemple, le gel peut perdre une partie de son caractère biocide.

5/ IL PEUT PRENDRE FEU

Les fumeurs doivent faire preuve de prudence, et ce n'est pas une blague! En effet, les gels hydroalcooliques à base d’alcool sont facilement inflammables. Si l’alcool enduit sur la peau n’est pas parfaitement évaporé, vous risquerez de vous brûler en vous servant d’un briquet ou en allumant une allumette. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils doivent être conservés dans un récipient bien fermé, à l’écart de toute flamme ou source d’étincelles ou de chaleur.

Sur les réseaux sociaux, on voit également des publications faisant état d'un risque d'incendie à laisser une bouteille de gel hydroalcoolique dans une voiture en plein soleil. Là, par contre, c'est fortement improbable, car la température d'auto-inflammation de l'éthanol se situe à des températures supérieures à 363°C. "Cela serait vraiment une question de malchance. Il faudrait qu'il y ait par exemple un effet loupe directement sur le flacon dans la voiture", selon l'ingénieure chimiste du CNRS Vanessa de La Grange citée par l'AFP.