Tempura, bière médaillée, morue... Si vous pensiez tout savoir de la gastronomie portugaise, c'est le moment de le vérifier!

1- LES TEMPURAS, C'EST PORTUGAIS D'ABORD!

Et là vous vous dites, ok, ce journaliste a un sushi... Et pourtant, c'est vrai! Le tempura n'est pas un plat originaire du pays du Soleil-Levant. Il a débarqué au XVIe siècle, lorsque les délicieuses fritures préparées par les Portugais ont donné des idées aux autochtones.

À noter que ces beignets japonais, qu'ils soient au poisson, à la viande ou aux légumes, sont des fritures digestes et moins caloriques car préparées avec une technique bien spéciale.

(Pour les curieux: le secret est dans la finesse de la pâte à frire, qui est maintenue froide sur un lit de glace, tandis que l'huile de sésame est à 180°; ce contraste permet une cuisson rapide qui va rendre le beignet croustillant sans permettre à l'huile de trop pénétrer à l'intérieur. Ils sont forts ces Japonais!)

2- LA SUPER BOCK EST SOUS-ESTIMÉE

Si vous n'avez jamais vu de Super Bock, c'est que vous n'êtes jamais venu au Luxembourg! Cette bière est célèbre au Portugal comme dans de nombreux pays, même si elle n'est pas toujours auréolée d'un parfum de prestige... Pourtant, cette bière fondée à Porto en 1927 s’enorgueillit d'avoir gagné de nombreux prix et médailles lors de concours: 36 médailles, dont 34 d'or, affiche fièrement le site de la marque.

Il paraît qu'elle s’accorde très bien à la cuisine traditionnelle locale, notamment avec les fruits de mer ou les plats de viande. C'est en tout cas la bière la plus populaire au Portugal.

Evidemment, ce prestige n'est pas du goût de tout le monde. Si vous voulez l'avis d'un biérologue pas vraiment tendre avec cette bière, cliquez ici.

Super Bock se vante d'avoir de nombreuses médailles. / © Capture d'écran (Super Bock)

3- LA MORUE, LE PLUS PORTUGAIS DES POISSONS ÉTRANGERS


Bon, cette histoire-là est plus connue, mais il faut le rappeler: la morue, que l'on appelle également cabillaud, ne barbote pas vraiment au large de la péninsule ibérique. Le poisson préféré des Portugais fait en effet un long voyage avant d'être transformé en "bacalhau"

C'est au 14ème siècle que la morue est devenue populaire au Portugal, grâce à un accord de pêche entre les Portugais et les Britanniques. En le salant, ce poisson devenait un produit non périssable, et pouvait supporter de longs et éprouvants voyage depuis les eaux froides de Terre-Neuve et de Nouvelle-Ecosse.

En tout cas, la légende dit qu'il y aurait au moins 1.000 façons de le cuisiner!

4- LA FRANCESINHA, LE CROQUE-MONSIEUR XXL

Attention, faites de la place dans votre estomac, voici venir un plat qui tient au corps: la Francesinha! Son nom, "Petite française" en portugais, est trompeur: entre deux tranches de pain, on glisse généralement un morceau de steak de boeuf, du jambon, des saucisses, puis on enrobe de fromage, on fait baigner ça dans une sauce à base de tomate, alcool et piment, on rajoute des frites et éventuellement un oeuf à cheval. À déguster avec une bière portugaise bien fraîche, évidemment!

Son origine ne fait pas l'unanimité: une théorie fait remonter l'origine du plat aux invasions françaises au Portugal par Napoléon, tandis que d'autres affirment qu'elle provient d'un employé du restaurant A Regaleira à Porto, qui dans les années 50 aurait créé ce plat en se basant sur le croque-monsieur français.

Pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux, voici une petite démonstration en vidéo:

5- AU FEU, LES PORTUGAIS DÉBARQUENT AVEC DU PIMENT!

Terminons avec un autre voyage dans le temps, sur les traces de la plus sulfureuse des épices: le piment. En Inde, il est devenu aujourd'hui incontournable. Mais son origine se situe pourtant à l'autre bout du globe, en Amérique du Sud.

Il a été importé vers 1530 par les navigateurs portugais, qui en raffolaient, sur la côte ouest du continent indien. La suite, vous la connaissez: l'épice devint une star de la gastronomie locale. Plus facile à cultiver que le poivre, le piment a été planté partout en Inde sous le nom de "Gowai Mirchi", ce qui signifie "Poivre de Goa" (la première ville où il fut introduit en Inde).

Aujourd'hui, l'Inde est devenu le producteur numéro de cette épice qui enflamme plus d'un plat!

Si vous connaissez d'autres histoires insolites sur la gastronomie portugaise, n'hésitez pas à les partager en commentaire ou à nous envoyer un mail (romain.vandyck@rtl.lu), obrigado!