C'est une longue soirée d'épouvante qui vous attend le soir du 31 octobre. Courage, l'aube sera bientôt là.

1. LES ENFANTS DÉGUISÉS (ET VOTRE SONNETTE) VONT VOUS RENDRE FOU

"Des bonbons ou un sort?" crieront des armées de petits fantômes, sorcières et autres diablotins de sortie jeudi soir. Ces hordes affamées de sucre martyriseront votre sonnette et vos pauvres tympans jusqu'à vider le saladier que vous avez rempli de toutes les confiseries les plus abominables pour eux. Et malheur à ceux qui n'auront pas prévu suffisamment de stocks pour remplir les sachets de ces braves petits démons venus braver leur habituel couvre-feu.

2. LES BONBONS, C'EST DE LA M****

On pense leur faire plaisir, pourtant nous pourrions difficilement faire pire pour eux que leur donner une poignée de bonbons. Une telle surdose de cochonneries en si peu de temps, c'est comme recevoir un uppercut directement dans le foie. Vous leur faites du mal et le commerce s'en frotte les mains.

Ces fameux bonbons - bourrés de substances chimiques et d'autres rebuts d'animaux (peau, os, cartilages...) - n'ont d'ailleurs rien à envier à un bol grouillant de vers ou d'araignées encore vivantes. De quoi faire bondir d'effroi n'importe quelle sorcière.

3. DE SOMBRES INDIVIDUS ONT DÉTOURNÉ L'ESPRIT D'HALLOWEEN

Jadis fête pensée pour les enfants (on ne va quand même pas remonter jusqu'aux origines païennes de l'événement), Halloween perd progressivement sa notion d'épouvante douce. Avec l'aide des réseaux sociaux et du cinéma hollywoodien, la mode est désormais aux appels à la "purge" - commettre tous les délits possibles et imaginables - comme l'expérimentent les protagonistes du film éponyme (American Nightmare pour les puristes).

Si la plupart sont des canulars pensés par des jeunes qui s'ennuient beaucoup trop, soyons honnêtes, ni vous ni moi n'aurons envie de sortir en craignant de croiser une bande de clowns sadiques au détour d'une rue jeudi soir. Déjà parce qu'ils ne seront qu'un piètre hommage à Joaquin Phoenix, mais surtout parce qu'on peut aussi s'amuser à se faire peur sans craindre de retrouver sa voiture incendiée le lendemain matin.

4. VOUS AVEZ PEUR D'AVOIR PEUR

Quand vos amis jubilent à l'idée de s'offrir une tranche d'épouvante avec un film d'horreur, vous tremblez. Et êtes prêt à renoncer dès qu'ils confirmeront que vous allez regarder le dernier long-métrage horrifique avec des zombies/squelettes/esprits/insérez l'entité surnaturelle qui vous terrifie.

Entre l'exclusion sociale et 90 minutes de tension extrême, vous prenez votre courage à deux mains et optez tout de même pour la compagnie de vos proches, espérant passer cet interminable cauchemar en vous recroquevillant au fond du canapé, un plaid sur la tête. Las, une fois le long métrage terminé, vous émergerez péniblement de votre cachette pour entendre un "On s'en regarde un deuxième!" prononcé par votre voisin le plus proche, la tête encore plongée dans le pop corn devant le spectacle de votre liquéfaction. Vivement Noël et ses comédies romantiques !

5. VOUS NE SAVEZ PAS COMMENT VOUS DÉGUISER

Après avoir convaincu vos ami(e)s de se joindre à vous pour une petite soirée d'horreur, l'un d'eux a eu la terrible idée de proposer à tous de créer leur meilleur déguisement pour le 31. Enfer et damnation, vous rêviez de simplement vous empiffrer de bonbons et de profiter d'un film d'horreur avec quelques camarades. Vous voilà contraint de dénicher quelques guenilles et le maquillage adéquat pour être un hôte digne de ce nom. Et interdiction de ressortir le costume de l'an dernier. Pas de chance,  votre boîte à idées est aussi vide que la citrouille que vous avez creusé la veille pour y mettre une bougie. Courage !