Non, envoyer de l'argent n'est pas la seule solution. Il existe d'autres façons de soutenir l'Amazonie, sans même dépenser un rond ni sortir de son canapé!

Ouf... Après des semaines de quasi indifférence, la communauté internationale commence enfin à envisager des actions pour stopper les feux qui ravagent la forêt amazonienne. Dimanche dernier, le président français a déclaré par exemple que les dirigeants du G7 travaillent à la création d'un "mécanisme de mobilisation internationale".

Espérons que ce travail débouche sur du concret. Car pour l'instant, on croise surtout les doigts pour que le déluge s'abatte sur ce poumon vert!

Mais les politiques et les grandes sociétés ne sont pas les seuls à pouvoir agir. Chaque citoyen peut aider concrètement l'Amazonie, par des dons bien sûr mais aussi gratuitement ou sans bouger de son canapé! La preuve par cinq.

ENVOYER DE L'ARGENT (MAIS PAS À N'IMPORTE QUI)

Il n'est jamais recommandé de donner de l'argent les yeux fermés. Dans la jungle des ONG et associations, se cache parfois de vils serpents...

Le site américain Charity Navigator est une bonne piste car il évalue le travail des associations et propose une liste de programmes reconnus et fiables, souvent en collaboration directe avec les premiers concernés: les peuples indigènes.

Parmi les mieux notés figurent l'Amazon conservation association, le Rainforest trust, et le Rainforest Action network, ou encore WeForest.

PLANTER DES FORÊTS (DEPUIS VOTRE CANAPÉ)

Pour financer la plantation d'arbres, il existe plusieurs solutions:

  • Le programme "Amazon Rainforest" de l'association One Tree Planted
  • L'entreprise Reforest'Action vous propose de faire un don voir même d'offrir un arbre planté en guise de cadeau.
  • Le moteur de recherche Ecosia propose en l'échange d'une recherche en ligne de planter un arbre. "Ecosia utilise les revenus générés par vos recherches en ligne pour planter des arbres là où le besoin se fait le plus sentir" affirme le site, qui compte déjà plus de 65 millions d'arbres plantés.

MANGER MOINS DE VIANDE (ET MANGER LOCAL)

La déforestation a plusieurs causes, parmi lesquelles les défrichements par brûlis utilisés pour transformer les forêts en zones d'élevage ou de culture de soja OGM...

"L'élevage bovin extensif est le principal facteur de déforestation de l'Amazonie. Un peu plus de 65% des terres déboisées en Amazonie sont aujourd'hui occupées par des pâturages", explique Romulo Batista, chercheur chez Greenpeace. Le Brésil est le premier exportateur mondial de bœuf et de soja!

Si la Chine est le premier client, l'Europe n'est pas en reste et achète du soja brésilien, qui sert surtout à l'alimentation animale, en particulier pour les élevages industriels de volailles et de porcs. Bref, pour ne pas soutenir cette aberration écologique, il faut réduire sa consommation de viande bovine brésilienne, mais aussi sa consommation de volaille ou de porc produits en Europe. Ça tombe bien, au Grand-Duché on trouve de l'excellente viande garantie 100% locale!

N'ACHETEZ PLUS LES YEUX FERMÉS (SUIVEZ LA GRENOUILLE)

Notre chariot de supermarché est rempli de produits dont l'origine favorise la déforestation en Amazonie: la viande brésilienne comme on l'a vu, mais aussi les cosmétiques, les meubles, le bois, le papier...

Le site internet Rainforest Alliance permet de faire le tri en répertoriant les entreprises respectueuses de ces écosystèmes. Vous trouverez ainsi la liste des entreprises bénéficiant du logo de la petite grenouille, le label certifié par Rainforest Alliance.

CHOISIR DU BOIS LOCAL (VIVE LE LUXEMWOOD)

C'est un paradoxe de nos sociétés modernes: alors que le Luxembourg ou ses voisins regorgent de forêts, ces pays importent toujours plus de bois ou de produits dérivés, tandis que la filière locale est sous-exploitée. Chêne, hêtre, peuplier, résineux... Si vous le pouvez, essayez de trouver des meubles issus de bois locaux! (vous soutiendrez ainsi la filière luxembourgeoise du bois, qui en a bien besoin)