Qu'il s'agisse de minéraux, de fossiles, ou d'autres trouvailles insolites, de nombreuses découvertes extraordinaires ont été faites au Luxembourg. En voici cinq.

LE DROMADAIRE DE MAMER

Une découverte insolite pour commencer: un squelette de dromadaire retrouvé au fond d'un puits romain à Mamer. Lors de fouilles réalisées par le Centre national de recherche archéologique les archéologues ont retrouvé dans un puits à 12 mètres de profondeur les restes de plus de 250 animaux ainsi que des objets de la Rome antique datant du 3e siècle après JC. Mais comment ce dromadaire a-t-il pu atterrir à Mamer? Il a probablement été utilisé en tant qu'animal de transport par des militaires ou des civils romains qui ont voyagé jusqu'à Mamer. 173 os de l'animal ont étés retrouvés. L'analyse des os n'a pas été réalisée au Luxembourg, mais en Allemagne par une archéozoologue.

Le défi était alors de placer les os afin d'obtenir un "vrai" dromadaire, un travail réalisé avec les zoologues du Naturmusée. L'animal a ensuite été présenté  au public dans le cadre d'une exposition au Musée National d'Histoire Naturelle.

LE PLÉSIOSAURE LUXEMBOURGEOIS

Trouvé dans les années 90 lors d’une fouille dans la commune de Sanem au Luxembourg, ce superbe fossile a été remis entre les mains des experts du Musée national d’histoire naturelle grâce à Guy Kronz, collaborateur scientifique du musée.

Il s’est avéré être le premier plésiosaure au cou allongé et tête gracile trouvé au Luxembourg. Bien qu'étant de grands vertébrés aquatiques, les plésiosaures n'étaient pas des dinosaures. Pour vous donner une idée, la bestiole ressemblait un peu à l'image qu'on se fait du monstre du Loch Ness. Sauf que lui, à la différence de Nessie, a vraiment existé! Il date du Jurassique inférieur, et vivait il y a 185 millions d'années. Préparé par le professionnel Oliver Kunze de Stuttgart, ce spécimen extraordinaire et très rare (sur tout le territoire français, il n’y a que trois exemplaires connus de la même époque) est en train d’être déterminé et étudié en détail par le Dr. Peggy Vincent, spécialiste en reptiles marins au Muséum national d’histoire naturelle de Paris.

LA MOSAÏQUE DE VICHTEN

C'est un véritable trésor archéologique découvert au printemps 1994. Une importante villa gallo-romaine trouvée accidentellement lors de travaux de terrassement dans une ferme à Vichten. Les fouilles, au printemps 1995, ont mis au jour une somptueuse mosaïque polychrome de 61 m2, dans un état de conservation exceptionnel.

Cette mosaïque gallo-romaine aux neuf muses date du milieu du troisième siècle après Jésus Christ. Selon l’archéologue Jean Krier, cette pièce magnifique est la 47ème mosaïque découverte en Europe représentant des muses, mais l'une des plus belles. On y voit Homère, prince des poètes entouré de Calliope, déesse de la poésie et de huit autres muses: Clio, Muse de l’Histoire – Euterpe, Muse de la Musique et de la Poésie lyrique – Thalia, Muse de la Comédie – Melpomène, Muse de la Tragédie – Terpsichore, Muse de la Danse et des Chœurs dramatiques – Érato, Muse de la Poésie d’amour – Polymnia, Muse du Chant de chœur et de l’Harmonie – Urania, Muse de l’Astronomie.

Découvrez également cette impressionnante visite en 3D proposée par le Musée National d'Histoire et d'art.

LA LUXEMBOURGITE

C'est le premier minéral découvert au Luxembourg, l’équipe de recherche internationale, l'a donc naturellement baptisé Luxembourgite. Elle a été découverte par hasard dans les environs de l’ancienne mine de cuivre de Stolzembourg lors de travaux réalisés par la Société Electrique de l’Our.

Selon les spécialistes, ce minéral microscopique a une composition atypique et sa chimie est exceptionnelle pour nos régions. On note les éléments suivants dans sa composition : argent, cuivre, plomb, bismuth et sélénium. Sa formule officielle s’écrit : AgCuPbBi4Se8

Cette découverte, spectaculaire pour la minéralogie luxembourgeoise, a été officialisée le 9 avril 2019 par l’IMA, l'International Mineralogical Association.

L'HOMME DE LOSCHBOUR

C'est le plus vieux Luxembourgeois connu! Le squelette de l'homme de Loschbour a été découvert en 1935 à Heffingen dans la région du Mullerthal. Il est mort il y a 8.000 ans, et il est l'un des derniers représentants des chasseurs-cueilleurs mésolithiques avant l’arrivée des premiers agriculteurs-éleveurs néolithiques.

Un grand merci à Patrick Michaly du Musée National d'Histoire Naturelle, et à Sonia Da Silva du Musée National d'Histoire et d'Art pour leur aide précieuse.