Sport

Rallye de Monte-Carlo: pour Loeb, la Hyundai "est joueuse"

Sport
Le nonuple champion du monde WRC Sébastien Loeb, vient de participer au Dakar où il a terminé 3e à l'issue de l'ultime étape à Lima, le 17 janvier 2019
© AFP

"Elle est joueuse", dit avec gourmandise Sébastien Loeb (44) de sa toute nouvelle Hyundai, qu'il découvre pour le rallye de Monte-Carlo (24-27 janvier) et pour cinq autres piges en WRC.

Après 20 ans chez Citroën, le nonuple championnat du monde des rallyes (44 ans), à peine rentré de sa troisième place au Dakar, roulait samedi sur les pentes du Champsaur, dans les Hautes-Alpes, pour des réglages accélérés.

Q: Comment se passe la transition Dakar-Monte-Carlo?

R: "Ce n'est pas simple pour l'entourage, pour ma fille, je suis parti le 2 je rentre le 28, ça fait beaucoup. Mais quand j'ai décidé de faire le Dakar je ne savais pas que j'allais me retrouver chez Hyundai en WRC. On est forcément un peu fatigué, et on a aussi le décalage horaire. Rentré jeudi du Pérou, on était vendredi soir chez nous, le temps de changer de valise. Puis on a roulé samedi dans des conditions de neige et de glace, et aujourd'hui (dimanche) sur asphalte. Demain: repos!"

Q: Vous avez fait toute votre carrière en rallye chez Citroën, pas trop compliqué de changer de voiture?

R: "Ca reste une WRC, c'est la même façon de conduire, le même style de voiture avec des équilibres un peu différents, la réactivité de la direction, des automatismes, qui changent un peu. Je peux aller vite avec, mais comparer avec ce que je suis capable de faire sur Citroën et au fait que c'est un rallye nouveau (nouveau tracé, ndlr), ça ne va pas être simple, je vais surtout essayer de prendre le rythme, le feeling."

Q: Et n'est-ce pas difficile de passer du Dakar (Loeb a fini 3e) au WRC?

R: "Non là c'est tellement différent que ça ne change rien. L'autre c'est une camionnette pour rouler dans la boue, c'est différent, on passe facilement de l'un à l'autre, c'est tellement extrême."

Q: Êtes-vous satisfait des tests de ce week-end?

R: "On a des journées chargées, mais pour l'instant ça se passe pas mal. L'équipe Hyundai est sympa, il y a pas mal de gens qui parlent français c'est plus simple, des gens qu'on connaissait d'avant aussi, on ne part pas dans l'inconnu. La voiture se comporte bien, c'est différent de ce que j'ai connu, c'est la première fois que je pilote une voiture différente d'une Citroën en WRC. Elle est plutôt facile, bien équilibrée, joueuse. Je me sens plutôt bien dedans."

Q: Un jour et demi d'essais en condition de course, n'est-ce pas trop court?

R: "Ce n'est pas trop long non plus... On verra, on va essayer de s'adapter, mais on travaille!"

Q: Du coup quels sont vos objectifs, dans un rallye que vous avez remporté sept fois (record)?

R: "Difficile à dire... Je suis conscient que ça va être compliqué, je n'ai que 10 km de notes, la montée du col du Turini, tout le reste est nouveau. Plus une nouvelle voiture, pas simple à gérer, tout ça."

Q: Et pour la saison, où vous ne devez disputer que six rallyes?

R: "Je suis là pour marquer des points pour le constructeur, pas pour le championnat du monde, l'objectif est de faire de bonnes courses et de me familiariser avec la voiture. J'ai perdu en expérience avec le temps mais l'objectif est d'être dans le rythme, et j'espère aux avant-postes de temps en temps."