Sport

Masters: Federer a "vécu une année fantastique"

Sport
Roger Federer salue la foule à l'issue de son élimination en demi-finale du Masters à Londres, le 18 novemb re 2017
© AFP

Roger Federer a été battu en trois manches par le Belge David Goffin samedi en demi-finale du Masters à Londres, un défaite décevante pour terminer l'année mais qui n'empêche pas le Suisse de savourer une saison 2017 "fantastique".

Question: Pouvez-vous nous expliquer ce qui s'est passé après votre gain du premier set ?

Réponse: "Cela a été difficile de se faire breaker à 1-0 pour lui dans le deuxième set, alors que j'ai eu des occasions d'égaliser à 1 partout, et de maintenir la pression sur lui. Je n'ai pas été assez précis au service. A ce moment-là, il a très bien retourné, ce qui lui a permis de se maintenir dans le match. Avec le recul, je pense que ça a été un moment clé. Les choses ont vraiment tourné en sa faveur à ce moment-là. Il se sentait mieux, ne ratait plus grand chose. Il a élevé son niveau de jeu et moi je ne pouvais plus suivre. Peut-être que j'ai baissé un peu quand lui s'améliorait. Peut-être que je n'ai jamais atteint mon meilleur niveau, parce qu'au premier set, vous savez, ça allait, lui ne jouait pas très bien. C'est assez décevant. Mais au final, il a extrêmement bien joué, c'était lui le meilleur sur le court. Je suis un peu déçu parce que c'est un court en intérieur, sur lequel j'aime jouer. Mais j'ai eu des occasions et je les ai manquées. Lui a été très concentré sur les siennes, c'est ce qui a fait la différence".

Q: Au delà de cette déception, pouvez vous résumer votre saison, et comment voyez-vous la prochaine ?

R: "J'ai vécu une année fantastique. Je suis tellement content d'avoir joué à ce niveau du début jusqu'à la fin, jusqu'à aujourd'hui. J'ai apprécié la manière dont j'ai joué, un tennis vers l'avant, agressif. J'aurais voulu en faire plus aujourd'hui. C'est décevant de finir là-dessus. Mais ce n'est pas si important si je regarde toute ma saison, pour laquelle je suis particulièrement content. Pour l'an prochain, la préparation va durer deux, trois semaines, ça va être assez court. Mais j'ai vécu ça les quinze dernières années, je sais comment faire. Pour le moment, j'ai surtout envie d'une coupure, loin des courts, loin de la pression, et de revenir en Australie pour bien jouer. Je suis impatient d'être là-bas. J'ai connu les meilleurs moments de ma vie cette saison, donc j'ai hâte de retourner là-bas."

Q: Comment jugez-vous votre état physique, votre genou, votre dos, après une saison pleine ?

R: "Mon genou ne me pose aucun problème. Pour mon dos, je me suis fait mal à Montréal (en finale). Je ne l'ai pas vu venir, c'est arrivé brutalement, et ça m'a pris plus longtemps que je n'aurais pensé pour me remettre. J'aurais peut-être dû abandonner, mais je ne pense pas avoir empiré la situation en finissant le match. C'est arrivé dans le deuxième set, je pensais que ça allait. Mais finalement j'ai mis du temps à m'en remettre. Même après l'US Open, je le sentais encore. Donc je suis soulagé d'avoir pu finir en étant solide à Shanghai, en Laver Cup, à Bâle, et ici à Londres. Cela montre que c'est du passé. C'est bon de savoir que je peux me remettre, et reprendre confiance. A part ça, j'ai eu un petit pépin à l'aine, j'ai joué comme ça pendant dix jours à l'Open d'Australie. Mais je me suis reposé ensuite et au tournoi de Dubaï tout allait bien. Donc si je compare avec la saison dernière, on peut dire que c'était parfait cette année".

Propos recueillis en conférence de presse.