par
Impôts

Nouveau classement des Européens les plus taxés

Europe

Comme l’an passé, les champions de la fiscalisation sont la Belgique et la France.

Selon un classement dressé par l'institut économique Molinari, le salarié belge est le moins bien loti en matière de prélèvements fiscaux, au sein des 28 pays membres de l'Union européenne, rapporte ce mardi le journal La Libre Belgique.

Citation de Cécile Philippe, directrice générale de l’Institut économique Molinari (IEM) et co-auteur : « La situation française reste inquiétante. La pression fiscale continue de croître, contrairement à ce que l’on observe en Allemagne, en Belgique, en Espagne, aux Pays-Bas ou au Royaume-Uni.

L'institut calcule pour chaque pays européen le jour de "libération fiscale" ("Tax Freedom Day"). Il s'agit de la date à partir de laquelle on cesse de payer des impôts et des taxes pour enfin profiter de son salaire. En Belgique, cette date est fixée cette année au 6 août prochain. Sans surprise, notre pays arrive encore une fois à la dernière place puisque cette date est la plus tardive dans le classement. L'année dernière, c'était déjà le cas.

Avant la France et l'Autriche pour la Belgique

Rien ne change donc sous le ciel fiscal belge puisque, précise le quotidien, notre royaume tient cette lanterne rouge depuis cinq ans, derrière la France ("libérée" le 29 juillet) et l'Autriche (le 25 juillet).

D'après l'institut Molinari, les prélèvements obligatoires représentent 59,5% du "salaire complet" en Belgique. Les patrons belges doivent ainsi payer 247 euros pour que leurs salariés moyens disposent de 100 euros de pouvoir d'achat. Un chiffre élevé, surtout quand on sait que la moyenne européenne est de 187 euros.

Le Luxembourg se situe en dessous de la moyenne des pays de l'UE (187€) à 172€.

© institutmolinari.org