Contrôle technique

Le gouvernement veut-il faire "payer" les automobilistes?

Luxembourg
© WolfBlur / Domaine public

L'Automobile Club s'insurge contre la hausse de 40% du prix du contrôle technique, accusant une manœuvre politique visant à "décourager l'automobilisme".

Depuis le 1er février, le contrôle technique coûte plus cher au Luxembourg. La nouvelle tarification a en effet fait grimper la facture de 40%. Par exemple, le contrôle d'une voiture à moteur thermique coûte désormais 52 euros, contre 37,50 euros auparavant (pour obtenir le détail de tous les nouveaux prix des contrôles, cliquez ici.)

"DÉCOURAGER L'AUTOMOBILISME EN AUGMENTANT LES COÛTS"
Evidemment, l'annonce a suscité de nombreuses critiques. L'Automobile Club Luxembourg constate ainsi que beaucoup de ses membres s'insurgent contre cette augmentation tarifaire. "Et ils ont raison, car cette augmentation conséquente des prix porte une emprunte clairement politique" affirme-t-elle.

"Malgré la libéralisation du contrôle technique et l’arrivée d’un autre acteur sur le marché, la SNCT n’est pas une société commerciale comme les autres, puisqu’elle demeure en grande partie dans les mains de l’Etat. Même si l’augmentation du prix est une décision prise en réaction à la situation du marché et aux coûts auxquels la SNCT est confrontée", l’ACL voit plusieurs raisons de douter des motivations du gouvernement. Elle en liste trois :

  • "Cette nécessité économique pour la SNCT d’augmenter les prix n’est pas soudaine. Elle a néanmoins ostensiblement été repoussée à après les élections législatives"
  • "De ce fait, cette décision prend une connotation clairement politique et confirme la volonté du gouvernement de décourager l’automobilisme en en augmentant les coûts, avant même d’avoir concrétisé des alternatives efficaces pour le plus grand nombre".
  • "L’importance de la hausse est de plus critiquable car, si la dernière augmentation en 2016 avait accompagné des mesures qui apportaient une amélioration visible du service comme la digitalisation de la prise de rendez-vous et une meilleure organisation de ceux-ci, aucun saut qualitatif de l’offre ces douze derniers mois ne justifie une telle augmentation".

UN PROBLÈME DE LIBRE-CONCURRENCE?


L’ACL rappelle que le contrôle technique des véhicules n’est pas un choix mais une obligation pour les propriétaires. Or, "actuellement, et malgré la libéralisation du marché, il n’y a que deux acteurs au Luxembourg". L’ACL espère donc "que le gouvernement ne mettra pas des bâtons dans les roues à tout acteur supplémentaire qui souhaiterait accéder à ce marché".

L’ACL "appelle le gouvernement à ne pas continuer à pénaliser les automobilistes et à suspendre toute hausse supplémentaire qui toucherait le plus durement ceux qui n’ont ni les moyens de changer de véhicule (pour éviter le contrôle technique pendant quatre ans ou bénéficier d’une prime pour l’achat d’un véhicule considéré comme écologique), ni les moyens de s’en passer (horaires de travail ou type de travail qui ne permet pas de recourir aux transports en commun)".

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.