Twitter, Facebook, télévision

"Du pipeau, une mascarade, de la provoc": les gilets jaunes réagissent au discours de Macron

France
Des manifestants à Paris le 8 décembre 2018.
© AFP

La réaction des gilets jaunes suite à l'allocution du Président de la République française est unanime sur les réseaux sociaux. Ils veulent un "Acte 5".

Des sondages ont fait surface sur les réseaux sociaux posant la question du maintien de la mobilisation des gilets jaunes et chaque fois, la réponse est la même: une grande majorité de "Oui". 

Malgré les mesures annoncées, l'allocution d'Emmanuel Macron n'aura pas eu l'effet escompté puisque les gilets jaunes appellent à un "Acte 5" samedi prochain. Un cinquième acte qui pourrait signer "la fin de la Ve République". 




Plateforme essentielle au mouvement des gilets jaunes, les réseaux sociaux sont en ébullition depuis hier soir. Nombreux sont ceux qui dénoncent "une fausse augmentation du SMIC" considérée comme "un bricolage sur la prime d'activité" et des mesures "obsolètes".

L'annonce de Macron concernant l'impôt sur la fortune a, pour beaucoup, remis le feu aux poudres. "Le fait qu'il ne revienne pas sur la suppression de l'ISF, c'est pire que tout. C'est par là qu'il a allumé la mèche et il n'éteint pas l'incendie" insiste Pierre-Gaël Laveder, un militant CFDT. 




Sur les réseaux sociaux, il y a également ceux qui ne se sont pas sentis concernés par le discours du président de la République: "Rien pour les classes moyennes alors qu'ils sont les principaux acteurs de la mobilisation."

Et enfin, il y a ceux qui ne décolèrent pas et qui exigent tout simplement la démission d'Emmanuel Macron, sans quoi, ils menacent de se mobiliser "pendant des mois s'il le faut"




Si certains gilets jaunes comme Erwan, un porte-parole du mouvement à Rennes, ont accueilli les annonces de Macron avec plus d'enthousiasme, tout semble indiquer qu'ils sont en minorité. 

Le gouvernement français pourrait donc se confronter à une nouvelle vague de manifestations à moins de deux semaines des fêtes. 

Pour sa part, Emmanuel Macron va recevoir mardi les représentants du secteur bancaire puis, le lendemain, les représentants des grandes entreprises pour leur demander de "participer à l'effort collectif". 




Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.