Metz

Enlèvement à l'hôpital de Mercy: le bébé reste introuvable

France
© Mobile Reporter

Un bébé de 13 mois a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi au centre hospitalier de Mercy à Metz.

Une enfant de 13 mois a été enlevée dans la nuit de mercredi à jeudi à l’hôpital de Mercy après avoir été hospitalisée pour une malformation cardiaque au mois de juillet 2018.

La disparition du bébé a été constatée vers 5h30. Très vite, le personnel constate que la mère, qui était à son chevet a également disparu.

Une enquête pour enlèvement est immédiatement ouverte et les autorités se penchent sur les images de vidéosurveillance de l’établissement.

Sur ces images, on peut voir deux adultes quitter l’hôpital aux alentours de 5h. Toutes les suspicions se tournent alors vers les parents.

La section de recherches de la gendarmerie de Metz, chargée de l’enquête, a donc lancé des réquisitions téléphoniques et géolocalise les portables des parents.

Prêts à déclencher l’alerte enlèvement, les gendarmes se ravisent lorsque la trace des téléphones est perdue en Allemagne. Un système qui, d’après le Républicain Lorrain "est inopérant à l’étranger".

Les autorités se sont ensuite concentrées sur les circonstances de cet enlèvement. La famille, macédonienne, était venue en France pour soigner son enfant. La mère restait au chevet du bébé alors que le père était logé dans un foyer. Ils auraient déposé une demande d’asile.

Après avoir fait tous ces efforts, pourquoi repartir de la sorte ? Le Républicain Lorrain évoque un deuil familial, celui d’un grand-parent.

Quoiqu’il en soit, l’urgence reste la même : la continuité des soins de l'enfant. Problème : les autorités ont perdu la trace de la famille vers 7h à la frontière allemande.

Le procureur de la République de Metz, Christian Mercuri a déclaré hier : "le téléphone ne se manifeste plus sur le territoire national."

Les autorités comptent donc sur la coopération européenne pour retrouver la famille et le bébé. "Les autorités allemandes, belges, macédoniennes sont alertées" a affirmé le représentant du parquet messin.

Les recherches se poursuivent, à un échelle bien plus large désormais.