Sponsored Content

Cadrans: Les visages de la montre

Sponsored Content

Sur le plan technique, ce n’est qu’une simple plaque de métal, de laiton, d’acier, d’or ou d’argent... Et pourtant représente l'âme de la montre.

C’est pourtant cette petite rondelle qui va avoir pour vocation de nous livrer toutes les informations complexes que va lui fournir le mouvement mécanique qui anime notre garde-temps!

Trop souvent considérée comme pièce accessoire dans la complexité de la performance horlogère, le cadran - puisque c’est de lui qu’il s’agit - se voit pourtant confié la tâche délicate de faire cohabiter harmonieusement sur quelques centimètres carrés, l’ensemble des indications que le précieux calibre va lui fournir.


C’est en fonction des impératifs du mouvement qu’il va protéger que lui seront imposés l’emplacement des aiguilles, des compteurs et des différents guichets qu’il va afficher.

Et quand bien même pourra-t-il se targuer d’être le plus beau, le plus sophistiqué, il devra d’abord répondre à sa fonction de base : être lisible!

Autant d’exigences qui vont faire de la fabrication d’un cadran de montre, un véritable métier d’art, impliquant de multiples talents, qui font appel à des « secrets de métier », transmis de génération en génération.

Pour ce faire, le cadrannier va pouvoir disposer de diverses techniques artisanales, dont certaines remontent à plusieurs siècles, et dont quelques rares manufactures peuvent encore en revendiquer aujourd’hui la maîtrise, au sein de leurs ateliers.

Une tradition assurée.

Parmi les techniques pluri-centenaires qui sont pratiquées aujourd'hui par une poignée d'artisans pour «    donner une âme «     au visage de la montre, celle du guillochage est probablement l'une des plus anciennes.

C'est Abraham-louis Breguet, fondateur des montres BREGUET, qui l'a introduite en 1786, et ce sont ses successeurs qui, aujourd'hui, en sont les plus impressionnants représentants.

Le guillochage permet de graver des sillons droits ou circulaires, de quelques dixièmes de millimètres d'épaisseur et de 3 à 4 centièmes de profondeur. En s'entrecroisant, ces sillons forment des motifs aux variations infinies qui captent et renvoient la lumière.


Symbole de qualité, cette technique de décoration connait même depuis quelques année un regain d'intérêt, avec des motifs traditionnels comme le décor « clou de Paris » ou encore « grain d'orge ».

Si la méthode reste par excellence le « guillochage main », d'autres techniques sont apparues au cours du XXème siècle, amenant l'industrialisation du processus.

Ainsi, l'étampage est employé aujourd'hui quasi systématiquement sur les montres d'entrée et moyen de gamme, avec le guillochage-machine.

Son expression la plus recherchée est certainement la « petite et grande Tapisserie », décor composé d'une multitude de carrés de forme pyramidale, séparés par un simple quadrillage.

Deux marques horlogères se font régulièrement remarquer par de très belles réalisations dans ce motif: PATEK PHILIPPE et sa déjà fameuse « Aquanaut » - qui fête ses 20 ans cette année – et la tout aussi remarquable « Royal Oak » d'AUDEMARS PIGUET.

Grandes habilités

La même Maison PATEK PHILIPPE vient de nous démontrer, une fois encore, combien ses artisans peuvent permettre d’aboutir à des résultats surprenants.

Ainsi, cette reproduction en peinture sur émail des fameux carreaux de faïence

« Azulejos », d’origine arabe, qui se sont imposés comme un art national du Portugal, sur de nombreuses façades, avec une prédominance du bleu.

Ici, cette forme d’art est reproduite en faisant appel à la peinture de deux cadrans de montres Calatrava.

Le travail est réalisé sur une fine plaque ronde en or, qui va servir de toile pour le tableau miniaturisé.

Dans un étonnant effet de trompe-l’œil, différents tons de bleu posés touche par touche, vont permettre d’imiter le relief du carrelage

Autre performance récente, celle de la manufacture JAEGER-LECOULTRE qui, à l’occasion de la dernière Biennale de Venise, vient de présenter trois versions inédites et combien romantiques de son garde-temps féminin « Rendez-Vous Sonatina ».

Pour rappel, les pièces de cette collection sonnent l’heure de vos rendez-vous les plus privés, grâce à une petite étoile mystérieuse que l’on déplace sur le cadran.

Ce triptyque se compose des montres baptisées « Séduction », « Romance » et « Amour », produites en éditions limitées, et qui révèlent une fois de plus la virtuosité des artisans de la Vallée de Joux dans l’art de pratiquer ce « métier rare »

Un savoir-faire unique

Parmi les maisons horlogères qui ont donné aux cadrans de montres leurs lettres de noblesse, la manufacture JAQUET DROZ est probablement l’une des plus anciennes et des plus prestigieuses.

Elle a acquis cette réputation, d’abord à la cour d’Espagne, au milieu du XVIIIème siècle, avant de s’endormir pendant deux cents ans, pour mieux se réveiller en 2001, sous l’impulsion de Nicolas Hayek et du SwatchGroup.

Parti de La Chaux-de-Fonds en 1758, où il avait ouvert son premier atelier, Pierre Jacquet Droz, créateur de montres, de pendules, d’oiseaux chanteurs et d’automates, est allé présenter ses créations au roi d’Espagne Ferdinand VI.

Subjugué pat le talent de l’artisan helvétique, le souverain lui achète toutes ses pièces.

Ce sera le début d’une magnifique carrière, qui verra malheureusement la marque se mettre en sommeil pour deux siècles, à la mort du créateur en 1790.

Elle renaîtra de ses cendres au début du troisième millénaire, pour renouer avec la tradition et l’expertise qui avait fait la renommée de son fondateur.

Les magiciens du cadran

Les artisans de Jaquet Droz maîtrisent différentes techniques artisanales, comme l'émail grand feu, la peinture sur émail, la sculpture ou encore la technique du paillonné.

Savoir-faire de longue date dans la maison, l'émail grand feu allie méthodes de fabrication traditionnelles et technologies de dernières générations.

Les cadranniers jouent avec la finesse des poudres et la précision des fours, et ils sont les seuls à connaître la formule donnant naissance à ces cadrans à la couleur, au grain et à la profondeurs absolument uniques.

L'émail grand feu est un signe distinctif des montres Jaquet Droz depuis le 18ème siècle et est réinterprété avec le même talent dans les collections contemporaines.

Autre art ancestral renouvelé au XXI ème siècle: la peinture sur émail.

L'œil posé sur le microscope, l'artiste peintre va figer sur le cadran des décors des plus minutieux, entièrement réalisés à la main.


Ces motifs reproduits en pièces uniques ou en petites séries, vont réclamer souvent une semaine de travail pour une seule réalisation.

D'autres professionnels vont faire revivre un autre métier rare, à travers de véritables chefs-d’œuvre de l'art décoratif. Sur fond de cadrans en nacre ou en onyx, ils vont déposer de mini sculptures et motifs moulés, sculptés, peints ou laissés naturels, pour donner vie à ce qui sera le visage de la montre.


Jaquet Droz va aussi redonner vie à un art autrefois disparu: le paillonné.


Infimes motifs ou paillettes découpés dans des feuilles d'or ou d'argent, les paillons sont déposés minutieusement sur un fond émaillé et ensuite recouverts par le fondant translucide de l'émail.Cette technique était considéré comme un art majeur au XVIIIème siècle.


Enfin, d'autres magiciens vont sublimer le raffinement de montres féminines par le prodige de minuscules automates: un oiseau chanteur, conçu sur le principe d'un instrument à vent...une fleur de lotus déployante, révélant un cœur de diamant facetté tournant sur lui-même!


Journées de la passion

Dans quelques jours, les 17,18 et 19 novembre prochains,
 au Cercle Cite de Luxembourg, ou plus de 30 marques horlogères seront exposées, dans le cadre de l’édition 2017 de
l’Exposition LES JOURNEES DE LA PASSION.

A ne pas manquer également, au sein de la manifestation:

*Une rétrospective inédite consacrée aux liens étroits que l’horlogerie entretient depuis un siècle avec l’AVIATION, ses exploits et ses héros. Un siècle de ces étonnantes aventures avec la présentation de pièces rares et historiques.

* La possibilité pour les visiteurs faire expertiser leurs montres-bracelets anciennes, par un spécialiste de la Maison Sotheby’s de Londres, les samedi 18 et dimanche 19 de 13.00h à 18.00H,sur rendez-vous au te; 00447832645455.