Chasse aux renards

La chasse augmenterait la prévalence d'un parasite

Luxembourg
© AFP

Gérard Anzia, député déi Greng, s'est adressé à la ministre de l'Environnement dans un courrier parlementaire concernant la chasse aux renards.

On pourrait croire que la chasse aurait pour effet de réduire la population de renards et, par extension, réduire le risque d'infections et de maladies liées à la présence du canidé dans la nature luxembourgeoise. Mais cette impression serait fausse. 

En effet, d'après une étude citée par la ministre et menée à Nancy en 2013, " après trois ans de régulation et plus de 1100 renards tués, les efforts déployés n'ont pas permis de faire baisser les populations. Pire encore, la prévalence qui avait baissé la première année de 40% à 31% est remontée à plus de 50% des renards contaminés; dans les zones les plus fortement régulées, on trouve même jusqu'à 75% de renards porteurs du parasite à la fin de l'étude".

D'après le ministre, "il semblerait donc que la chasse au renard aurait comme effet d'augmenter la prévalence du parasite et donc le risque pour la santé humaine".

En chassant le renard, on n'influerait donc pas sur la croissance de sa population ou encore sur la propagation d'éventuelles maladies portées par l'animal. 

TROIS PRÉOCCUPATIONS
© AFP

En 2016, 150 cadavres de renards ont été réceptionnés par le Laboratoire de médecine vétérinaire de l'Administration des services vétérinaires. Ceux-ci ont tous été analysés pour la rage, les trichines et échinocoques

Ce sont là les trois préoccupations principales du ministère de l'Environnement lorsqu'on parle de renards et en 2016, 29% de ces cadavres ont été contrôlés positifs à l'une ou l'autre de ces infections/maladies. 

Un taux qui semble être relativement stable puisque d'après les chiffres avancés par Carole Dieschbourg, " entre 2012 et 2015, 134 cadavres de renard ont été analysés" et "il y avait un taux d'infection de 25 à 40%".

POURQUOI INTERDIRE LA CHASSE? 
© AFP

La première interdiction de la chasse aux renards a été actée en 2015 après de longs débats opposant les défenseurs des animaux à la Fédération des chasseurs luxembourgeois et a, depuis, systématiquement été prolongée. Mais pourquoi? 

Selon le dernier communiqué du Gouvernement luxembourgeois en la matière, il s'agissait de "garantir qu'un échantillon représentatif de 150 à 200 cadavres de renards soient livrés chaque année au laboratoire de l'Administration des services vétérinaires (ASV) en vue d'analyses".

En effet, l'administration luxembourgeoise voulait "pouvoir livrer les résultats relatifs aux autorités européennes concernant la surveillance des zoonoses et des agents zoonotiques". C'est donc, entre autres, afin d'observer l'évolution de la population des renards que le Luxembourg aurait interdit la chasse aux renards. 

S'il n'y aurait pas de danger de prolifération de renards au Grand-Duché, le groupe de suivi mis sur pied au Luxembourg est tout de même chargé d'évaluer "l'envergure des dégâts causés par les renards". Juste au cas où.