par
Présidentielle française

Comment Marine Le Pen pourrait influer sur le Luxembourg

France
C'est la deuxième fois que Marine Le Pen se présente à une élection présidentielle. En 2012, elle avait fini 3e avec 17,90% des suffrages.
© ALAIN JOCARD / AFP

Chaque jour de la semaine, RTL publie l'analyse du programme des principaux candidats à la présidentielle française. On commence avec Marine Le Pen.

Début mars 2017, soit un mois et demi avant le premier tour, la candidate d'extrême droite Marine Le Pen est la favorite des sondages. Eurosceptique assumée, elle mise beaucoup sur une rupture de la France avec l'UE, surfant sur les effets du Brexit et un rejet de la politique européenne.

Elle conserve les principaux thèmes du mouvement créé par son père : immigration, insécurité et patriotisme. C'est sur l'image qu'elle se démarque, préférant le "politiquement correct" et misant sur des thèmes sociaux plutôt que sur les stratégies sulfureuses de Jean-Marie Le Pen.


Intention de vote un mois avant le premier tour : environ 26,5% (sondage quotidien Ifop-Fiducial du 16 mars pour Paris Match).

FRONTIÈRES
Sa proposition : "Rétablir les frontières nationales et sortir de l’espace Schengen (un dispositif particulier pour les travailleurs frontaliers sera mis en place pour leur faciliter le passage de la frontière). Reconstituer les effectifs supprimés dans les douanes par le recrutement de 6.000 agents durant le quinquennat." 

>> La proposition 24 de Marine Le Pen est une des plus importantes de son programme. Mais la sortie de l'espace Schengen entraînerait forcément des difficultés. Pour les Luxembourgeois qui souhaiteront se rendre en France et les frontaliers qui se rendent chaque jour au Grand-Duché, c'est synonyme du retour des contrôles aux frontières. Et si la candidate promet un "dispositif particulier" pour les frontaliers qui serait un "pass gratuit" pouvant être obtenu contre justification d'un travail à l'étranger. Au final, on sait peu de choses concernant ce "pass", quelles seraient les routes concernées et surtout à quel point il modifierait le trafic. Les élus FN rappellent que les Français travaillaient au Luxembourg avant l'application des accords de Schengen mais ils se gardent de préciser qu'ils étaient trois fois moins nombreux qu'aujourd'hui.

IMMIGRATION

Sa proposition : "Réduire l’immigration légale à un solde annuel de 10.000. Mettre fin à l’automaticité du regroupement et du rapprochement familial ainsi qu’à l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage. Supprimer les pompes aspirantes de l’immigration." 

>> En sortant de l'espace Schengen (tout dépendrait des accords passés avec l'UE) et en limitant le droit d'entrée à 10.000 personnes par an, de nombreux étudiants pourraient ne plus fréquenter les écoles et universités françaises. Il en va de même pour les Luxembourgeois qui souhaiteraient déménager en France.

NUCLÉAIRE
Sa proposition : "Pour maintenir, moderniser et sécuriser la filière nucléaire française, engager le Grand Carénage, et garder le contrôle de l’État sur EDF, en lui redonnant une véritable mission de service public. Refuser la fermeture de la centrale de Fessenheim." 

>> Refuser la fermeture de la plus vieille de France, qui va fêter ses 40 ans en 2018, laisse deviner de l'orientation énergétique qu'elle veut donner au pays. De son côté, EDF est d'accord pour une fermeture anticipée de Fessenheim mais souhaite faire fonctionner ses autres centrales au-delà de 40 ans. Cela laisserait de longues années passer avant une éventuelle fermeture de la centrale de Cattenom, située à peine à dix kilomètres des frontières du pays. Cette dernière fêtera ses 40 ans entre 2027 et 2032 (réacteurs 1, 2, 3 et 4).

FISCALITÉ

Sa proposition : "Lutter efficacement contre l’évasion fiscale pour préserver notre modèle social en s’attaquant aux paradis fiscaux et en créant une taxe sur l’activité réalisée en France par les grands groupes et les profits qui auraient été détournés. Continuer la coopération fiscale internationale dans ce but."

>> Marine Le Pen n'apprécie pas le Luxembourg et le classe dans sa liste des paradis fiscaux, en particulier depuis la révélation de l'affaire Luxleaks : "Silence, on triche, on dépouille, on dépouille les pays européens de leur matière fiscale", assure-t-elle, ajoutant que le Grand-Duché organise le "pillage" de ses voisins. Il resterait alors à voir quelle politique européenne Marine Le Pen voudrait mener.

TRAVAIL
Sa proposition : "Mettre en place une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer effectivement la priorité nationale à l’emploi des Français." 

>> Concrètement, Marine Le Pen souhaite mettre en place une taxe mensuelle payée par l'employeur qui embauche un travailleur étranger, même si ce dernier est citoyen d'un membre de l'UE. En clair, pour un patron français, cela coûterait plus cher d'embaucher un Luxembourgeois qu'un Français. Un système discriminant censé encourager l'embauche des citoyens plutôt que celui des travailleurs venus de l'étranger. 

L'intégralité du programme de Marine Le Pen est consultable ici.

À lire également :

Comment Benoît Hamon pourrait influer sur le Luxembourg

Comment Emmanuel Macron pourrait influer sur le Luxembourg

Comment Jean-Luc Mélenchon pourrait influer sur le Luxembourg

Comment François Fillon pourrait influer sur le Luxembourg

Commentaires


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.