Droits des couples homosexuels

Les députés ne toucheront pas au mariage et à l'adoption

Luxembourg
© AFP

Mercredi matin a eu lieu à la Chambre un débat public sur la pétition 343, qui remonte à 2014, et demandait la suppression du mariage pour les homosexuels.

Au nom de l'initiative „Schutz fir d'Kand“, la pétition demandait entre autres le retour à l'interdiction du mariage entre personnes de même sexe et la suppression du droit d'adoption pour les couples homosexuels. Après un litige qui s'est fini devant la justice, les initiateurs de la pétition ont été entendus mercredi par les différentes commissions législatives concernées. 

La pétition 343 a deux volets différents.
  • D'une part, ses initiateurs veulent s'attaquer à une loi votée à une large majorité par la Chambre des députés en juin 2014. Cette loi permet aux couples homosexuels de se marier et d'adopter des enfants. Pour ses détracteurs, ce serait une ouverture au droit à l'enfant, ce qu'ils rejettent.
  • D'autre part, le projet de loi 6568 pose également problème aux pétitionnaires, selon Michèle Kayser-Wengler, membre de l'initiative „Schutz fir d'Kand“. Ce projet de loi concerne la PMA ou procréation médicalement assistée. Pour les initiateurs de la pétition, les enfants nés d'un don de sperme ou d'ovule sont des orphelins créés en conscience, sans qu'ils puissent connaître leurs racines. 

À relire : tout savoir sur le mariage au Luxembourg

Ils sont évidemment aussi opposés à la gestation pour autrui, qui, selon eux, serait une commercialisation de la gestation et un procédé qui discriminerait complètement la femme : les pays riches iraient commander leurs enfants dans les pays pauvres, en Inde par exemple et ce serait un véritable business.

Le président de la commission des pétitions, Marco Schrank, a déclaré que les députés ne voulaient rien modifier au mariage, mais que les autres volets devaient être traités avec beaucoup de sensibilité. Ces réflexions doivent nourrir les discussions. En tout cas, on souhaite tenter de trouver un consensus sur ces différentes questions qui touchent aux droits de l'enfant.