Syndicats

Le LCGB lance sa campagne pour les élections sociales avec cinq revendications

Luxembourg
© Katarina Ivesic

"Haut ass Muer", "Aujourd'hui, c'est demain", tel est le slogan qu'a présenté le syndicat LCGB mercredi soir lors de sa réception de Nouvel an.

C'est avec ce slogan que le LCGB va se lancer dans la campagne des élections sociales pour la Chambre des salariés. Mercredi soir à Schifflange, les responsables du syndicat ont présenté quelques-unes de leurs revendications devant une salle comble.

Parmi celles-ci : le renforcement du pouvoir d'achat, plus de flexibilité dans l'organisation du travail, la sécurisation du parcours professionnel du salarié, l'égalité de traitement entre la fonction publique et le secteur privé et la digitalisation dans le monde du travail.

Selon Patrick Dury, le président du syndicat, la digitalisation est un défi dans le domaine de la protection des données et de la déconnexion du salarié. Elle va modifier profondément le monde du travail, par exemple avec le télétravail.

Le LCGB veut aussi s'engager pour la protection des salariés malades, qui doit être améliorée par la suppression de la règle des 52 semaines, qui constituerait une guillotine sociale et qui serait une honte pour le pays.

Par ailleurs, il faut une alternative au chômage. Le syndicat LCGB penche pour une cellule de reclassement. Les personnes concernées y seraient récupérées le plus vite possible, elles ne seraient pas mises au chômage, mais elles continueraient à être aidées à retrouver un emploi, éventuellement par le biais d'une formation continue. Selon Patrick Dury, il serait préférable que cela soit organisé par l'employeur et l'ADEM.

Mercredi soir, le syndicat s'est montré fier du nombre de ses membres : plus de 40.000 au 1er janvier 2019, selon les chiffres du LCGB.

Les listes des candidats pour les élections sociales peuvent être consultées sur le site internet du LCGB.