Manifestations lycéennes

"Une classe bien sage": les images qui choquent la France

Médias/Buzz

Plus d'une centaine de personnes ont été arrêtées devant un lycée de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines.

Dans les Yvelines, 153 personnes ont été interpellées à Mantes-La-Jolie, selon le procureur de la République de Versailles Vincent Lesclous, essentiellement devant un lycée, pour "participation à un attroupement armé" après des heurts et dégradations a indiqué le commissaire de la ville, assurant vouloir ainsi "interrompre un processus incontrôlé".

Les mains entravées dans le dos ou sur la tête, à genoux ou assis au sol, des dizaines d'entre eux ont été rassemblés dans le jardin d'un pavillon et dans une maison associative par quelque 70 policiers mobilisés pour cette opération, a constaté une journaliste de l'AFP.

Ces arrestations ont eu lieu après de nouveaux incidents à proximité du lycée Saint-Exupéry, où deux voitures ont été incendiées jeudi et où des heurts ont éclaté avec la police, a constaté la journaliste.

Dans les Yvelines, au total 189 jeunes, âgés de 12 à 20 ans, ont été placés en garde à vue, selon le procureur de Versailles.

"LES IMAGES SONT CHOQUANTES"




Laurent Saint-Martin, vice-président LREM de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, a jugé vendredi "choquantes" les images de plusieurs dizaines de lycéens interpellés à Mantes-la-Jolie et assuré que "si effectivement il y a eu faute, nous serons les premiers à les condamner".

"Quand j'ai vu ces images hier soir, j'ai été, comme beaucoup de Français, d'abord choqué. Les images sont choquantes, on peut être indigné quand on voit ces images", a réagi le député LREM sur franceinfo.

"Il faudra savoir si effectivement il était nécessaire d'avoir recours à ce type d'interpellations et de dispositif", a ajouté M. Saint-Martin, précisant que "si effectivement il y a eu faute, nous serons les premiers à les condamner, il n'y a aucune difficulté là-dessus".

"Sur les 122 interpellations à midi, il y en avait une quarantaine qui étaient arrivés cagoulés, équipés pour détruire et pour incendier un bâtiment", a fait valoir le député en dénonçant une "vraie volonté de violence dans un contexte particulièrement tendu".

"Je fais confiance aux forces de l'ordre sans être naïf, on a les yeux ouverts sur les procédures. Pour ça, il y a l'IGPN, il y a le ministère de l'Intérieur, il y a le Défenseur des droits, nous sommes dans un État de droit", a ajouté M. Saint-Martin.



Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.