Enlèvement à Rollingergrund

Le père risque entre cinq et dix ans de prison

Luxembourg
L'école devant laquelle l'enfant a été kidnappé mardi matin.
© Domingos Oliveira/RTL

L'alerte enlèvement a été désactivée mardi soir après le kidnapping d'un enfant à Rollingergrund plus tôt dans la journée.

Le jeune enfant kidnappé mardi matin à Rollingergrund a pu être retrouvé sain et sauf le soir même en France.

Le père, responsable du kidnapping, a lui aussi été retrouvé et a été interpellé par la police française.

L’alerte Amber a été désactivée vers 21h30. Le Parquet a confirmé la nouvelle que l’enfant avait été retrouvé vers 22h30.

Le Parquet a communiqué le message suivant dans la soirée: "les autorités judiciaires et la police grand-ducale tiennent à remercier tous ceux et toutes celles qui ont contribué au succès de l'enquête. Ils tiennent notamment à remercier la population pour sa participation active et les médias pour la diffusion à grande échelle du signalement”. 

Comme le précise l'article 369 du Code pénal, et d'après ce qu'a rappelé le porte-parole de la Justice, le père risque entre cinq et dix ans de prison pour avoir kidnappé son fils, âgé de moins de 16 ans.


UN TÉMOIN A TENTÉ DE POURSUIVRE LE KIDNAPPEUR
Aperçu d'une Honda Insight avec la plaque d'immatriculation correspondante. © Montage RTL


Comme le rapportent nos collègues anglophones de RTL Today, un de nos contributeurs, John-Paul Gomez, a été témoin de l'enlèvement alors qu'il se rendait au travail. Il a aperçu un couple se disputer au milieu de la rue de Rollingergrund. Après avoir demandé à la femme si elle avait besoin d'aide, il a appris que le jeune Max venait d'être kidnappé. Il a d'ailleurs aperçu le jeune garçon dans la Honda recherchée par la police.

Le kidnappeur, son père, est ensuite monté dans son véhicule et a pris la fuite. John-Paul Gomez a alors décidé de le suivre afin de pouvoir indiquer sa destination à la police. Ce n'est qu'à cause des aléas du trafic, et ici d'un bus, qu'il a perdu de vue le kidnappeur de Max, sur la route d'Arlon. 

Par malchance, John-Paul Gomez n'a pu joindre la police qu'à son troisième appel. Ses deux précédentes tentatives se sont soldées par une mise en attente. Pour ce qui est du conducteur du bus, ce dernier a refusé d'aider, prétextant qu'il avait des passagers à transporter. Le témoignage intégral est disponible sur le site de RTL Today.