André Kemmer

L'ancien policier publie un livre sur l'affaire "Bommeleeër"

Luxembourg
© Nico Graf / RTL Radio Lëtzebuerg

L'ancien policier et membre des services secrets, André Kemmer, vient de publier sa théorie sur l'affaire "Bommeleeër" dans un livre.

Les attentats à la bombe dans les années 80 étaient des opérations du réseau "Stay-Behind" orchestrées par l'OTAN. Et les responsables politiques luxembourgeois étaient au courant. Voilà ce qu'écrit dans son livre l'ancien policier et agent du service de renseignement, André Kemmer.

La juge d'instruction de l'affaire Bommeleeër, Doris Woltz, avait déjà entendu une fois André Kemmer et lui avait dit directement : "Ne revenez pas avec Gladio".

Mais dans son livre, André Kemmer revient bien sur Gladio, sur "Stay-Behind" et sur des opérations secrètes de l'OTAN. C'est précisément la théorie que Marco Mille et Frank Schneider du SREL et déjà André Kemmer, avaient présenté en 2006 au Premier ministre Jean-Claude Juncker et au ministre de la Justice, Luc Frieden.

Une théorie que ces derniers n'avaient pas transmise à la justice. C'est aussi la théorie que Marco Mille avait énoncé en mai 2014 au procès Bommeleeër. C'est encore la théorie que Gaston Vogel résume toujours par le terme "Yankee". Pour Kemmer, la question n'est pas "Qui étaient les Bommeleeër ?" mais "Qu'est-ce qu'étaient les Bommeleeër ?"

Et la réponse va clairement en direction des armées secrètes de l'OTAN, déjà actives avant les années 80, mais avec les années 80 sont venus les attentats.

© Nico Graf / RTL Radio Lëtzebuerg

André Kemmer développe ses thèses, ses hypothèses sur l'arrière-plan international, selon lui, des attentats des Bommeleeër, avec des documents et des rapprochements essentiellement avec Gladio, le volet italien du réseau Stay-Behind. Il s'agissait de s'entraîner pour savoir que faire dans le maquis quand l'ennemi communiste aurait envahi l'Europe de l'ouest, autrement dit, s'entraîner à la guérilla en terrain occupé.

Des gens ont été formés au sabotage et ils ont commis des attentats en Europe. Il y a même eu des morts en Italie et en Belgique. Au Luxembourg, selon André Kemmer, il n'y a pas eu de mort. C’était seulement un programme de simulation pour des manœuvres de l'OTAN. Cela expliquerait les objectifs des attaques.

Dans son livre, André Kemmer affirme qu'au Luxembourg, tous les responsables politiques savaient. Des affirmations que deux anciens ministres, Marc Fischbach et Jacques Santer, n'ont pas voulu commenter car elles ne seraient pas sérieuses. De plus leur auteur est lui-même poursuivi devant la justice dans l'affaire "Frisbee". 

Commentaires


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.