par
Libre-échange

Le Luxembourg est le pays européen le plus ouvert

Luxembourg
© RTL Radio Lëtzebuerg / Ben Eich

Le libre-échange offre une grande chance au Luxembourg, a déclaré le directeur de la Chambre de Commerce, Carlo Thelen.

Alors que la globalisation et le libre-échange sont l'objet de nombreuses critiques, il faudrait davantage montrer à la population et aux entreprises les atouts qu'ils représentent pour le pays. Car le Luxembourg profite depuis longtemps du libre-échange, a poursuivi Carlo Thelen. Pas moins de 83,3% de la croissance économique en 2016 est à rapporter au commerce extérieur.

Et les résidents profitent évidemment de cela. Mais ce message n'est souvent pas bien perçu, comme l'illustrent les manifestations contre les accords de libre-échange CETA et TTIP, le Brexit ou encore les élections aux Etats-Unis et en France.  

Les gens ont le sentiment que tout ce qui va mal dans les différents pays, vient de l'extérieur, de la méchante globalisation. C'est pour cette raison qu'il faudrait rebâtir les frontières. 

"Populisme et nationalisme de ceux qui profitent le moins du libre-échange," ainsi Carlo Thelen qualifie-t-il ces arguments. Mais pour le Luxembourg, la réalité est différente. En ce qui concerne le libre-échange, le Grand-Duché est le pays européen le plus ouvert, selon Lynn Zoenen de la Chambre de Commerce.

Calculé sur la somme des importations et des exportations par rapport au PIB, le Luxembourg est le pays le plus ouvert d'Europe avec 176%, alors que la moyenne se situe à 17% dans l'Union européenne. 

Entre 2000 et 2016, la contribution du commerce extérieur au PIB, a grimpé de 26 à 34%. Les pays européens sont toujours les premières destinations de l'import-export luxembourgeois. Mais il subsiste des dysfonctionnements au sein du marché intérieur européen, qui représentent un véritable coût, a ajouté Lynn Zoenen.

Le Parlement européen a tenté de chiffrer ce coût, il est arrivé à une somme de 1.600 milliards d'euros. A l'origine de cela, il y a une collaboration pas toujours très coordonnée au sein de l'UE dans certains secteurs. 

La Chambre de Commerce demande encore de nouvelles stratégies pour le commerce de fourniture de services, qui a été multiplié par 3 dans l'Union ces 10 dernières années et où les réglementations ne sont plus adaptées. Elle attend aussi de nouveaux mécanismes plus performants en matière d'e-commerce et de mobilité du travail. Il est clair pour la Chambre de Commerce que ce sont surtout les PME luxembourgeoises qu'il faut soutenir à cet égard.