par
À partir du 1er janvier 2017

Les maisons dites "passives" sont désormais obligatoires

Luxembourg
Photo d'illustration.
© Ri / Domaine public

Le Grand-Duché est le premier pays dans l'UE à imposer cette norme pour les nouvelles bâtisses. L'artisanat se dit serein et bien préparé aux changements.

Depuis le début de l'année, les nouvelles maisons devront être de la catégorie "AA". Le Luxembourg est le premier pays membre de l'Union européenne à mettre en œuvre cette directive européenne et devance même de plusieurs années certains de ses voisins. 

Le secteur s'est d'ailleurs clairement exprimé en faveur des constructions efficientes. Patrick Koehnen de la Fédération des Artisans explique d'ailleurs que le fait que les entreprises soient déjà prêtes pour ce changement constitue un avantage non-négligeable au niveau concurrentiel. Le vice-secrétaire général de l'organisation en question dit également que le passage vers cette nouvelle norme ne pose aucun problème pour les entreprises du secteur implantées au Luxembourg: celles-ci avaient déjà préparé le terrain depuis 2014 par le biais de formations organisées.

En ce qui concerne le volet formation: il y a deux ans, une maison dite "passive" a été construite à l'IFSB, lieu où les intéressés ont pu suivre dans des conditions réelles et en temps réel l'évolution du chantier. Cela dit, Patrick Koehnen n'est pas en mesure de dire combien de personnes ont suivi ces cours.

Comment les clients privés peuvent-ils s'assurer que les entreprises engagées dans leur projet soient réellement compétentes pour les constructions dites passives ? La réponse est simple: il existe un label de la Chambre des Métiers s'intitulant "artisan de maisons passives".

D'après le vice-secrétaire général Patrick Koehnen, le plus grand défi consiste à ce que toutes les entreprises des différents secteurs concernées par la nouvelle directive travaillent main dans la main de manière plus coordonnée. 

Il est évident que construire deviendra dès à présent encore plus cher: Patrick Koehnen parle d'une hausse de prix de 10 à 15% par rapport à une maison traditionnelle. Cela dit, la différence de prix entre une maison passive et une maison basse énergie ne serait, apparemment, pas significative. Dans ce contexte, il est important d'évoquer un autre détail important: la consommation en mazout d'une maison passive est de 3 litres au m2 alors qu'elle avoisinait encore les 13 litres (pour la même surface) jusqu'à présent.
  
Patrick Koehnen admet qu'il reste encore beaucoup à faire au niveau information en ce qui concerne les maisons passives. Une sorte de manuel d'utilisation pour les ventilations mécaniques serait, par exemple, certainement plus qu'utile aux propriétaires concernés.