par
Interview exclusive

Claudie Haigneré, la première Française dans l'espace

Luxembourg
© RTL

C'est à l'occasion de la Conférence européenne sur les actions Marie Sklodowska-Curie que l'équipe 5minutes a pu s'entretenir avec l'astronaute française.

Astronaute, médecin et politicienne à ses heure perdues, la femme au Bac +19 a de quoi impressionner n'importe qui. A son actif, deux missions qui l'ont mené à bord de la station orbitale russe Mir en 1996 et de la station spatiale internationale (ISS) en 2001 et un poste de ministre de la Recherche et des Nouvelles Technologies. Pour son passage au Luxembourg, Claudie Haigneré nous a accordé un peu de son temps pour parler de sciences, d'avenir et de la condition féminine dans les métiers tels que ceux qu'elle a pu exercer.

Selon elle, l'ex-astronaute a fait le déplacement pour une "belle conférence" qui lui "tient beaucoup à cœur" (MSCA 2015) car elle permet de mettre en avant des chercheurs ou des scientifiques qui se distinguent dans leurs domaines. Pour elle, "c'est un honneur de pouvoir participer à la cérémonie des awards" qu'elle juge nécessaire pour promouvoir les travaux scientifiques ambitieux et innovants.  

"La plus belle conquête est la conquête spatiale"

Ses deux expéditions lui ont laissé un ressenti plutôt particulier. Alors que d'autres astronautes insisteraient peut-être sur le caractère professionnel de leur mission, Claudie parle d'une certaine responsabilité. "On se sent responsable de cette planète" explique-t-elle. En revenant sur Terre, c'est surtout la vulnérabilité de "cette petite planète" qui l'a marquée. Selon elle, le fait de se distancer de la Terre est sans aucun doute une des plus grandes réussites de l'homme mais il lui faut prendre ses responsabilités. 

Les métiers des sciences

Claudie considère qu'"on ne les connaît pas assez". A ses yeux, "il faudrait que des chercheurs et des scientifiques viennent parler dans les écoles afin d'éveiller l'intérêt des jeunes et de mettre la lumière sur ces métiers". 

"Les filles sont moins aventureuses, il faut les encourager" 

Dans ce contexte, Claudie Haigneré encourage les jeunes filles à suivre ses traces. Chacun son centre d'intérêt mais, à ce jour, elle considère que "les filles souffrent trop souvent d'un manque de confiance alors qu'elles sont très brillantes". A ses yeux chacun se doit de trouver un rêve car "personne ne le fera à notre place". "Je ne peux pas garantir qu'il se réalisera mais vous devez en avoir un".

"Osez!"

Enfin, si Claudie Haigneré veut faire passer un seul message aux nouvelles générations c'est "osez". Car pour elle, "le 21e siècle est un siècle passionnant où il se passe beaucoup de choses". Malgré les grands enjeux qui vont peser sur les épaules de l'humanité, "ce siècle représente également beaucoup d'opportunités technologiques et techniques qui pourraient faire partie de la solution". 

La MSCA 2015 prendra fin dans le courant de la journée. Vous pouvez voir des extraits de l'interview avec notre équipe dans le RTL Magazin demain soir.