Justice

Il risque 10 ans de prison pour une relation sexuelle avec une fille de 14 ans

Luxembourg

L'homme est accusé d'avoir eu une relation sexuelle avec la fille du propriétaire du restaurant dans lequel il travaillait en tant que chef de cuisine.

Une peine de dix ans de prison, dont une grosse partie avec sursis: ce sont les réquisitions du représentant du Parquet jeudi au tribunal de Luxembourg-Ville à l'encontre d'une homme âgé aujourd'hui de 52 ans. Il se présente face aux juges pour infraction sexuelle sur mineurs mais avant tout pour deux viols.

L'individu est accusé d'avoir eu une relation sexuelle avec une fille de 14 ans en novembre 2015. La victime est alors tombée enceinte et a dû subir une intervention volontaire de grossesse (IVG).

D'après l'accusé, la relation aurait été consentie par les deux parties. L'homme ne connaissait pas les lois luxembourgeoises et était dans un état de grande faiblesse à l'époque. Après s'être excusé auprès de la victime et de sa famille, il a expliqué ne pas avoir profité d'elle. "C'était entre nous deux", s'est-il exclamé.

Dans son rapport, l'enquêteur de la police judiciaire est revenu sur ce dossier, ouvert lors de la grossesse de l'adolescente, remarquée en janvier 2016. Dans son audition, la jeune fille a expliqué avoir eu des sentiments pour le suspect et s'être confiée à lui. Elle a également précisé qu'elle n'a pas été forcée à faire quoi que ce soit.

L'homme a été libéré avant la découverte de la grossesse puis extradé vers le Luxembourg en juin de la même année. Il a alors déclaré avoir été charmé par la fille et avoir perdu la tête. Le suspect s'est également livré à un psychiatre en spécifiant que la fille l'aurait "excité" et qu'il n'aurait pas pu se retenir. Il serait responsable de ses actes mais le pronostic du psychiatre est favorable.

Après que la mère de la victime ait réclamé des dommages et intérêts de la part du suspect, la défense de ce dernier a demandé l'acquittement pour son client: la fille aurait rapidement pu donner son accord. À cela, le représentant du Parquet a répondu que les mineurs sont protégés par la loi. Il s'agirait donc ici de viols qui devraient être retenus comme grave infraction contre le suspect. Il pourrait néanmoins profiter du fait qu'il n'a aucun antécédent et qu'il a collaboré à l'enquête.

Le jugement sera prononcé le 30 janvier.