France

"Gilets jaunes" à Strasbourg: "émotion" après des propos antisémites

France
Heurts entre manifestants et forces de l'ordre lors d'un rassemblement de "gilets jaunes" à Strasbourg, le 2 février 2019
© AFP

Le Consistoire israélite du Bas-Rhin a fait part dimanche de sa "forte émotion" après "les propos antisémites violents proférés" samedi lors de la manifestation des "gilets jaunes" à Strasbourg, également marquée par plusieurs actes de violences.

Le Consistoire "s'élève avec une forte émotion contre les propos antisémites violents proférés (...) devant la Synagogue et à l'encontre de citoyens juifs célébrant le Shabbat, fête hebdomadaire de repos et de Paix", indique dans un communiqué la structure chargée d'administrer le culte dans le département.

La préfecture du Bas-Rhin avait indiqué samedi soir dans un communiqué que "des propos à caractère raciste et antisémite" avaient été proférés près de la Grande Synagogue de Strasbourg. Des propos fermement condamnés par le préfet Jean-Luc Marx et le maire de Strasbourg, Roland Ries.

Le Consistoire a appelé dimanche les manifestants et les organisateurs des rassemblements de "gilets jaunes" "à veiller à ce que les fondements de l'humanité soient respectés" et à "écarter les activistes violents et haineux" des cortèges.

"La loi française permet à chacun de manifester librement mais elle doit condamner avec fermeté et d'un bras fort les insultes antisémites contre les Français et la République de la liberté, de l'égalité et de la fraternité", conclut le Consistoire.

"Nous sommes en train de réunir des éléments et des témoignages" avant, éventuellement, de déposer plainte, a indiqué à l'AFP le président du Consistoire, Maurice Dahan.

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) du Bas-Rhin s'est elle aussi élevée "fermement" dans un communiqué contre des propos proférés par des "activistes et extrémistes infiltrés dans le cortège" "à l'encontre de juifs observant le shabbat qui ont été insultés et stigmatisés".

La manifestation strasbourgeoise des "gilets jaunes", qui a au mieux réuni 1.300 personnes selon la préfecture, a été ponctuée de face-à-face tendus entre manifestants et force de l'ordre, qui ont essuyé de nombreux projectiles et ont fait à plusieurs reprises usage de grenades lacrymogène.

La fin de la manifestation a été également marquée par de nombreuses dégradations de mobilier urbain dans le centre de la ville.