Crassier de Marspich

L'intérimaire qui avait dénoncé des déversements d'acide placé en garde à vue

L'intérimaire, qui avait dénoncé en 2017 des déversements d'acide sur un crassier d'ArcelorMittal, a été placé en garde à vue mardi à Thionville pour des menaces à l'encontre d'un responsable de l'entreprise.

"Il a été placé en garde à vue (mardi) soir. Il lui est reproché des faits de menaces", a indiqué à l'AFP Me Vincent Brengarth, l'un des avocats de l'ancien intérimaire, Karim Ben Ali, confirmant une information de France Bleu Lorraine Nord.

"La garde à vue est toujours en cours" mercredi matin, a précisé Christelle Dumont, procureure de Thionville.

Selon un porte-parole d'ArcelorMittal, M. Ben Ali "s'est présenté mardi à l'entrée du site de Florange et a proféré des menaces graves à l'encontre des personnes et des installations". L'entreprise a porté plainte pour menaces, selon cette même source.

UN DÉVERSEMENT ILLÉGAL, MAIS CE N'ÉTAIT PAS DE L'ACIDE
L'homme, âgé de 37 ans, travaillait pour un sous-traitant chargé de la collecte des déchets d'ArcelorMittal, à Florange. Il avait diffusé à l'été 2017 des vidéos le montrant déverser un liquide de couleur noir ou jaunâtre, présenté comme des rejets d'acide, sur le crassier de Marspich.

"Le produit déversé sur le crassier est issu d'une cuve de stockage d'eaux usées relevant de la ligne de décapage et de régénération d'acide", a conclu l'enquête préliminaire ouverte pour "atteinte à l'environnement".

"Tout au plus, il peut être reproché à la société ArcelorMittal une gestion irrégulière de ses déchets, délit puni de deux ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende, qui fera l'objet de poursuites par le parquet", avait expliqué en septembre Christelle Dumont, sans plus de précisions sur ces poursuites.

M. Ben Ali avait déposé plainte en décembre pour "atteinte volontaire à l'intégrité de la personne (...) et infraction aux règles de la sécurité et de la santé", affirmant avoir été contraint par son employeur de se rendre sur ce site pour éviter un "traitement plus coûteux" de ces déchets.

Depuis les faits dénoncés, l'homme n'a pas retrouvé de travail. Il souffre d'une perte du goût et de l'odorat, d'irritation des yeux et "d'un traumatisme psychologique inhérent aux manquements de la société utilisatrice", selon sa plainte.

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.