Le fil des événements mercredi

Fusillade à Strasbourg: un appel à témoins lancé par la police

France
France
© Police nationale/Twitter

Des centaines de policiers sont à la poursuite du tireur après la fusillade qui a éclaté mardi à Strasbourg.

LES DERNIÈRES INFOS

19h30 : La police a lancé un appel à témoins ce mercredi soir afin de retrouver le suspect Cherif Chekatt. Selon la description publiée sur le compte Twitter de la police nationale, l'homme de 29 ans est "de corpulence normale, a les cheveux courts, une éventuelle barbe, la peau mate et une marque sur le haut du front."





17h55:
La ville de Strasbourg a annoncé que le marché de Noël resterait fermé ce jeudi. Les écoles maternelles et primaires, les accueils de loisirs, les structures de petite enfance et les équipements sportifs et culturels seront eux rouverts.

17h24: Le Grand-Duc Henri et la Grande-Duchesse Maria Teresa ont envoyé un télégramme de condoléances au président de la République française, Emmanuel Macron.

"Très choqués par les événements tragiques de la nuit dernière, la Grande-Duchesse et moi sont en pensées émues avec les victimes et leurs proches.

Recevez, au nom du peuple luxembourgeois, l’expression de notre solidarité pour les habitants de Strasbourg, avec qui nous partageons tant de choses. Henri, Grand-Duc de Luxembourg"

17h08
: Plusieurs anonymes ont déposé des bougies, des fleurs et des messages dans une rue de Strasbourg, en hommage aux victimes de la fusillade.

© PATRICK HERTZOG / AFP

17h: Pas moins de 720 membres des forces de l'ordre sont toujours à la recherche du suspect, en fuite depuis la fusillade.

16h25: les autorités allemandes précisent que le suspect, Chérif C., a été incarcéré en 2016 pour cambriolages.

15h46: 
Le niveau de menace sur le pays est maintenu à 2 sur 4. Il n'y a pas de menace "concrète" pour le pays. La présence des forces de l'ordre sera toutefois renforcée et de nouvelles mesures de sécurité sur les lieux de rassemblement ont été prises, détaille le gouvernement dans un communiqué.

15h41: L'auteur présumé des tirs à Strasbourg est connu de la justice luxembourgeoise ! Il a en effet été impliqué dans un vol avec effraction sur le territoire grand-ducal en 2012. Son ADN avait été retrouvé sur la scène du crime. 

15h31:
Le bilan provisoire de l'attaque est pour l'instant le suivant: deux morts, un blessé en état de mort cérébrale et douze autres personnes touchées.

13h21: L'identité du tireur présumé a été confirmée. Il s'agit de Chérif C., né le 24 février 1989 à Strasbourg. Il était connu des services de police et de l'administration pénitentiaire. 

13h18:
Plusieurs perquisitions ont eu lieu dans la nuit de mardi à mercredi "dans des lieux que celui-ci est susceptible de fréquenter". 

13h14:
Le tireur a bien été blessé par les forces de l'ordre mais  est tout de même parvenu à s'échapper. D'après M. Heintz, il s'est échappé "à bord d'un taxi".  

13h11:
Le tireur a, "à plusieurs reprises", ouvert le feu avec une arme de poing mais aussi utilisé un couteau avec lesquels "il a blessé grièvement et donné la mort" d'après le procureur de Paris. 

13h: Des témoins de l'attaque ont entendu l'assaillant crier "Allah Akbar".
La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'affaire. 





12h58: "Quatre proches de l'assaillant ont été placés en garde à vue"
et "ces gardes à vue sont toujours en cours" a déclaré le procureur de Paris, Rémy Heintz. 

12h55: Un journaliste italien parmi les blessés à Strasbourg. Originaire de la région de Trente il serait âgé de 28 ans. 

12h50: L'auteur présumé de l'attaque avait été incarcéré en Allemagne en 2016 pour avoir participé à des cambriolages. 

11h58:
la police nationale lance un appel aux internautes en rappelant que "les recherches pour retrouver l'assaillant sont toujours en cours" et que "diffuser des informations erronées peut nuire aux investigations des enquêteurs". 

11h55: Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, s'est rendu sur les lieux de la fusillade à Strasbourg.  




11h50:
minute de silence des élus du Grand Est à Metz, Strasbourg et Châlons. 





11h32: "Plan vigipirate urgence attentat", ça veut dire quoi?
Concrètement, ça signifie que les autorités vont procéder à des filtrages, des fouilles et que les unités de police locales vont être renforcées pour éviter tout risque de "sur-attentat". Cela peut aussi impliquer des mesures additionnelles comme la diffusion d'informations via la télévision, la radio et les sites web institutionnels. Ce plan "peut être désactivé dès la fin de la gestion de crise". 




11h21:
aucune explication n'a été fournie pour motiver les révisions incessantes du bilan de l'attaque. Rappelons que le maire de la ville avait d'abord annoncé un bilan de 4 morts avant que le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ne le revoie à la baisse. 

11h10: la préfecture corrige UNE NOUVELLE FOIS le bilan et annonce 3 morts et 13 blessés. 

11h09:
la ville de Nancy s'est dite "solidaire de la ville de Strasbourg" et se recueillera à 18h15 sur la place Stanislas. Les drapeaux de l'hôtel de Ville ont été mis en berne ce matin. 

10h47: des files interminables dues aux contrôles policiers à la frontière franco-allemande près de Strasbourg.

© Mobile Reporter


10h41:
une minute de silence sera observée dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg ce midi. 

L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg© AFP/ Frederick Florin


10h35:
Nicole Belloubet, ministre de la Justice française, a déclaré: "Je pense que nous pouvons être à la hauteur des événements sans pour autant déclencher l'état d'urgence."

10h25: le bilan de l'attaque est redescendu à deux morts et 14 blessés (préfecture)
et une conférence de presse a été annoncée pour midi au tribunal de Paris. 

10h16: réunion de crise au ministère de la Sécurité Intérieure luxembourgeois ce matin. D'après nos informations, le Haut-Commissariat à la Protection nationale présiderait cette réunion. 

10h03:
le concert de Chris, ex-Christine and the Queens qui devait avoir lieu ce soir est annulé. 





9h58:
 des théories de plus en plus folles circulent sur les réseaux sociaux. Certains pensent que la préfecture du Bas-Rhin aurait prédit l'attaque à Strasbourg. D'autres pensent qu'il s'agit d'une "distraction" pour disperser les gilets jaunes et éviter une nouvelle manifestation. 

9h55: le vice-président des Républicains (LR) a demandé "une trêve" dans la mobilisation des gilets jaunes après l'attaque meurtrière à Strasbourg. 

9h10: le tireur présumé, originaire de Strasbourg et âgé de 29 ans, s'appellerait Chérif C. et aurait été condamné en 2011 à deux ans de prison pour avoir agressé un adolescent. 

9h09: d'après les médias lorrains, une Vosgienne de 18 ans aurait été blessée lors de la fusillade. Elle serait originaire de Moyenmoutier. Opérée cette nuit, elle serait désormais hors de danger. 

8h42: d'après le ministre des Affaires étrangères luxembourgeois, Jean Asselborn, il n'y aurait pas de Luxembourgeois parmi les victimes de l'attaque à Strasbourg

8h40: les victimes seraient principalement des hommes dont un touriste d'origine thaïlandaise d'après le maire de Strasbourg. 

7h30: le Préfet de la Région Grand Est a interdit les rassemblements de personnes sur la voie publique via un arrêt préfectoral.
CE QUE L'ON SAIT


Terreur au marché de Noël de Strasbourg mardi soir lorsqu’un individu armé a abattu trois personnes et en a blessé 13 autres, dont 7 grièvement.  

L’assaillant serait passé par le pont du Corbeau vers 20h avant de prendre la direction de la rue des Orfèvres et d’ouvrir le feu sur des passants.

Un périmètre de sécurité a très vite été dressé par les forces de l’ordre et des mesures de confinement ont été mises en place dans toute la ville de Strasbourg. Celles-ci ont été levées dans la nuit de mardi à mercredi, à 3h30.

Un message envoyé à tous les députés européens et aux employés du Parlement européen qui se trouvaient à Strasbourg hier soir. Ils ont également été confinés dans leur bâtiment. © RTL Luxembourg

Mercredi matin, l’assaillant est toujours activement recherché. La préfecture du Bas-Rhin évoque une mobilisation massive des forces de l’ordre : "350 policiers et gendarmes sont sur le terrain appuyés par des moyens aériens et par les équipes du RAID, de la BRI et de la force Sentinelle."

Pour sa part, le gouvernement français a élevé le niveau du plan Vigipirate à "urgence attentat" ce qui signifie que des contrôles renforcés sont en cours aux frontières et "dans l’ensemble des marchés de Noël en France" comme l’a annoncé Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, cette nuit.

Rappelons que les militaires de la force Sentinelle ont échangé des tirs nourris avec l’assaillant à deux reprises et qu’ils l’auraient blessé. Malgré tout, il a réussi à s’enfuir.

RÉACTIONS DES POLITIQUES