Dégâts, travaux

L'A31 repeinte en blanc: ce que ça a coûté

France
France
© Domingos Oliveira/RTL Luxembourg

Les dégâts occasionnés par la perte du chargement de colorant d'un camion sur l'A31, la semaine dernière, ont été chiffrés par la Dir-Est.

Un peu moins de 30.000 euros: voilà ce qu'a coûté l'accident qui a paralysé l'A31 la semaine dernière, après qu'un camion ait perdu son chargement de colorant dans le sens Luxembourg - Thionville.

UNE FACTURE DE 27.811 EUROS
Le devis a été établi par la Dir-Est ce mardi 17 avril 2018. Le passage des deux balayeuses pour nettoyer les 150 mètres d'autoroute et aspirer les 24 tonnes de colorant a ainsi été chiffré à 20.700 euros (frais de traitement des déchets compris). 

Les frais d'exploitation, qui correspondent au travail des agents et à leur temps passé sur place, s'élèvent à 4.891 euros. 

Six glissières de sécurités d'une longueur de 4 mètres ont été endommagées dans l'accident. Leur remplacement a coûté 1.704 euros.

Enfin, un panneau de signalisation a dû être remplacé également, pour une somme de 516 euros.

Soit une "facture" totale de 27.811 euros qui va être adressée à l'assureur du transporteur, domicilié en Roumanie. 

Et tout ça sans compter les coûts qu'ont occasionné les énormes bouchons engendrés au Grand-Duché par cette perturbation derrière la frontière française.

LE COLORANT N'ÉTAIT PAS DANGEREUX
Le colorant blanc, qu'on a d'abord pris pour de la peinture, était du carbonate de calcium, utilisé dans la fabrication de papier et de carton, notamment.

"Nous craignions qu'il contienne de l'huile, ce qui aurait été plus délicat à traiter" confie Guillaume Artis, responsable de la division d'exploitation de Metz à la Dir-Est. Mais il s'est avéré, après analyse, que ce produit n'était pas dangereux au regard de la réglementation européenne.

La durée de l'intervention a duré 2h50, entre 17h et 19h50, le mardi 10 avril. L'accident s'est produit peu avant 15h et la Dir-Est a été alerté vers 15h45.

"Il fallait agir aussi vite que possible dans la mesure où l'on était en période de pointe. C'est pour cela qu'on a eu besoin de deux balayeuses", explique encore Guillaume Artis. Celles-ci n'étaient pas de trop, puisqu'elles ont dû effectuer deux aller-retours pour permettre à la route de retrouver une adhérence correcte.

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.