Économie

Face à la pénurie de petites pièces, la Belgique va arrondir les prix

Belgique
© Domaine public

Une pénurie de pièces de un et deux centimes touche actuellement la Belgique. Un véritable problème puisque le pays n'est pas autorisé à frapper lui-même les pièces dont il a besoin.

Le 23 novembre dernier, le gouvernement a dû, afin de faciliter les achats réglés en liquide, prendre un arrêté royal afin d'arrondir la facture finale à cinq centimes près pour les paiements en espèces. Concrètement, cela signifie que lorsque le montant final des achats payés en cash ne tombe pas sur le chiffre cinq ou une dizaine (de centimes), le prix sera arrondi.

En plus de limiter l'usage des pièces de un et de deux centimes, la mesure doit faciliter la démarche aux commerçants, qui redoutaient la colère des consommateurs s'ils arrondissaient eux-mêmes les prix. Désormais, il n'y a plus de problème: les commerçants sont tous obligés de le faire.

Les arrondis seront effectués à la hausse comme à la baisse. "En moyenne, le consommateur ne payera donc pas plus qu’aujourd’hui" assure le ministre de l'Économie Kris Peeters. La mesure entrera en vigueur le 1er décembre 2019 et ne concernera que les achats réglés en liquide:
  • Les montants finissant par un et deux centimes (10,02€ par exemple) seront arrondis à 10€,
  • Les montants à trois et quatre centimes seront arrondis à cinq (10,44€ devient 10,45€),
  • Six et sept centimes sont arrondis à cinq (10,47€ devient 10,45€),
  • Huit et neuf centimes grimpent à la dizaine supérieure (10,99€ font 11€).