Plusieurs arrestations

Un rassemblement de gilets jaunes vire à l'émeute à Charleroi

La police fédérale belge a dû intervenir avec une autopompe

Une vingtaine de casseurs se seraient mêlés dans la nuit de vendredi à samedi au rassemblement des gilets jaunes organisé au rond-point du Marsupilami à Charleroi.

"Gros bazard à Charleroi. Des individus sont venus casser un abribus et une station essence", indique Ludovic via le bouton orange Alertez-nous.

"J’ai vu une certaine violence de la part d’un groupe de manifestants du côté du rond-point Marsupilami à Charleroi. Est-ce que ce sont des personnes qui ont profité de la situation pour tout casser ou est-ce que ce sont des gilets jaunes qui montrent leur frustration ?", s'interrogeait Anémone.

Une présence qui a en tout cas donné lieu à des face-à-face tendus avec les forces de l'ordre qui ont finalement dispersé les manifestants à coups d'autopompes.

Contacté par nos soins, le porte-parole de la police de Charleroi David Quinaux indique qu'il y a eu "des scènes d’émeutes assez graves avec du feu, des cocktails Molotov et des dégradations qui ont été faites à du mobilier urbain, des panneaux de signalisation, à plusieurs magasins et à une pompe à essence. Ça a été assez chaud", assure-t-il.

Deux suspects ont été interpellés et identifiés. "Ils sont en arrestation judiciaire pour incitation à l’émeute ainsi que pour des coups et blessures envers des fonctionnaires. On est dans des faits très graves car on est dans des faits de rébellion en bande armée. Ce sont des jeunes majeurs de 18 ans qui peuvent être condamnés à des peines très lourdes qui vont de 5 à 10 ans de prison", ajoute David Quinaux. Trois autres personnes ont par ailleurs été arrêtées pour "troubles à l'ordre publique".

Le porte-parole explique que les manifestants ont été rejoints par des personnes qui "avaient envie de montrer une violence inouïe. Il y a eu des blessés parmi les policiers. Il y a toujours du personnel sur le terrain. On est en train de remettre Charleroi en ordre. Il y aura encore de nombreux policiers ce samedi sur les lieux pour éviter tout débordement."