Perte de 3 sièges

Quel avenir pour les socialistes?

Luxembourg
© Annick Goerens (RTL)

Après la camouflet essuyé aux législatives, le LSAP s'est interrogé lundi sur les raisons de son résultat historiquement mauvais.

Comme attendu, la direction du parti socialiste a chargé Etienne Schneider lundi de négocier en vue d'un nouveau gouvernement DP-LSAP-Verts.

Mais tout n'est pas pour le mieux, puisque le LSAP a enregistré son pire résultat depuis la guerre, avec seulement dix mandats après cette perte de trois siège à la Chambre.

De nombreux anciens députés socialistes n'ont pas été réélus, ils n'ont pas encore de place fixe au parlement mais pourraient y entrer quand-même s'ils étaient appelés à remplacer des collègues partis pour former le nouveau gouvernement. C'est le cas de Franz Fayot, Cécile Hemmen, Francine Closener, Tess Burton, Claudia Dall'Agnol, Simone Asselborn-Bintz, Taina Bofferding, Lydia Mutsch et du président Claude Haagen ainsi que du secrétaire général Yves Cruchten.

SCHNEIDER NE SERA PAS PREMIER MINISTRE
Dans la campagne électorale, Etienne Schneider avait l'objectif de devenir Premier ministre dans un éventuel prochain gouvernement. Qu'en est-il aujourd'hui?

"Eh bien écoutez, le résultat des élections est clair. Nous sommes toujours le deuxième parti du pays, mais nous avons perdu trois sièges. Le DP a seulement perdu un seul et quand on regarde le nombre de mandats, on a la réponse à cette question", répond-il.

Si certains appelaient le LSAP à faire partie de l'opposition parlementaire dimanche soir, la direction du parti vient de décider d'entamer après tout des négociations de coalition. Mais le parti est conscient qu'il devra se refaire une santé.

LE BESOIN D'UN RENOUVEAU
Le chef de fraction Alex Bodry explique: "Je pense que c'est très clair, et que quel que soit le résultat des négociations, nous devrons nous réformer, revoir notre organisation, l'ancienne structure que nous avons dans nos sections avec des comités et sous-comités, ce n'est plus au goût du jour." 

"Puis, développer les compétences dans des domaines essentiels, c'est la deuxième priorité. Je pense qu'en matière de formation de nos membres et de soutien aux jeunes candidat(e)s, il faudra mettre tout ça en place au long terme. Quel que soit le résultat final pour notre parti, il faudra un changement prochain."

Au gouvernement ou non, on dirait que la partie est encore loin d'être gagnée pour le LSAP!

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.