Faits divers

Course-poursuite en Belgique: une fillette tuée par une balle perdue

Poursuivie par la police, une camionnette a été interceptée jeudi matin, à Mons. Le véhicule transportait une trentaine de migrants. Dans cette camionnette, les services de secours ont trouvé une fillette âgée de deux ans. L'enfant est décédé lors de son transfert en milieu hospitalier.

Née le 14 avril 2016, âgée de deux ans, la victime était vivante lorsque les forces de l'ordre ont intercepté, vers 3h du matin, cette camionnette le long de l'autoroute à Maisières.

C’est bien une balle perdue qui a tué la fillette kurde lors de la course-poursuite sur l’autoroute E42. Hier, jeudi, le parquet affirmait que l’enfant ne présentait pas de blessure par balle. L’autopsie a révélé que Mawda était décédée à cause d’un balle entrée au niveau de la joue.

MAUVAISE COMMUNICATION DU PARQUET
Ces premières conclusions d'autopsie infirment les premiers éléments transmis jeudi après-midi par le parquet de Tournai concernant l'éventuelle implication des policiers dans le décès de l'enfant. Le parquet avait déclaré que le Comité P était descendu sur les lieux et n'avait rien relevé d'anormal dans le chef de l'intervention des policiers.

Le comité P a cependant nié, vendredi matin, avoir à ce moment-là déjà enquêté sur une éventuelle responsabilité des policiers dans le cadre de l'interception. Son Service d'enquêtes "n'a été saisi des faits qu'en début de soirée par un juge d'instruction, n'ayant auparavant reçu aucun devoir d'enquête de la part des autorités judiciaires". Reste maintenant à savoir si la balle qui a tué la fillette a été tiré par la police.




LE CONDUCTEUR A FONCÉ DANS LES VOITURES DE POLICE

A bord d'une quinzaine de véhicules, une trentaine de policiers ont participé à cette course-poursuite qui a démarré dans la région de Namur. Le comportement suspect de cette camionnette est à l'origine de cette course-poursuite. La police de la route avait tenté de contrôler la camionnette, mais le conducteur avait forcé le passage et filé en direction de Mons.

Sur 70 kilomètres, le conducteur a foncé à plusieurs reprises dans les voitures des forces de l'ordre et a jeté des objets sur la route.

C'est à ce moment-là que la fillette aurait été utilisée comme bouclier. Certaines sources indiquent qu'elle a été exhibée pour ralentir les policiers, elle a également pu servir de bouclier humain pour que les policiers ne tirent plus sur le véhicule.

MANIFESTATION EN FRANCE, D'OÙ VENAIT LA FILLETTE
La famille de la fillette décédée, d’origine kurde, vit au camp de Grande-Synthe, dans la périphérie de Dunkerque. Une soixantaine de migrants de ce camp, dont des femmes et des enfants, ont manifesté sur l’autoroute A16 suite au décès de la petite fille.

Depuis ce matin, des hommes politiques ont commencé à s'exprimer quant à cette course-poursuite mortelle. Jan Jambon, ministre de l'Intérieur, a témoigné de sa sympathie aux victimes de l'incident ainsi qu'aux policiers. "Ils ont fait leur travail et doivent combattre chaque jour le trafic d'être humains", a-t-il ajouté à propos des seconds. Dans l'attente des constats définitifs du parquet, le ministre n'a pas fait de commentaire sur les circonstances qui ont mené à la mort de la fillette de deux ans.   

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.