par
Justice

L'instruction de l'enquête sur Karin Gerard va débuter

Belgique

"Elle se réjouit de pouvoir enfin être entendue par un magistrat indépendant".

Me Marc Uyttendaele, le conseil de la magistrate Karin Gerard, contacté par l'agence Belga jeudi, a tenu à rectifier les informations parues dans la presse jeudi matin concernant sa cliente. Karin Gerard, juge à la cour d'appel de Bruxelles, n'est pas renvoyée devant une autre cour d'appel mais c'est bien une autre cour d'appel qui a été désignée pour mener une instruction la concernant. Par ailleurs, il ne s'agit pas de la cour d'appel de Liège mais bien de celle de Mons.

"La Cour de cassation a estimé qu'une instruction concernant Karin Gerard devait être menée au sein de la Cour d'appel de Mons", a expliqué Me Uyttendaele."Par ailleurs, ma cliente indique qu'elle n'est en rien inculpée, encore moins renvoyée devant une juridiction de jugement", a poursuivi l'avocat, précisant qu'un conseiller rapporteur de la cour d'appel de Mons agirait comme juge d'instruction, comme c'est le cas lorsqu'un magistrat est mis en cause.

Karin Gerard n'est donc pas "renvoyée" devant la cour d'appel, étant donné que l'instruction va seulement débuter. C'est au terme de cette instruction que la justice décidera de renvoyer l'intéressée devant un juge du fond ou d'ordonner le non-lieu, en fonction des éléments à charge et à décharge. "Elle se réjouit de pouvoir enfin être entendue par un magistrat indépendant sur les faits de la cause et est convaincue de pouvoir ainsi démontrer sa bonne foi et le fait que cette affaire a été artificiellement créée à la seule fin de lui nuire", ajoute encore Me Uyttendaele."Enfin, elle se réserve, le moment venu, la faculté d'engager des poursuites judiciaires contre ceux qui, au sein de l'appareil judiciaire et policier, sont à l'origine des atteintes à son honneur", prévient-il aussi.

Karin Gerard, juge à la cour d'appel de Bruxelles et présidente en cour d'assises, avait déclaré avoir été victime d'une agression le soir du 5 janvier 2016 à la sortie du palais de Justice de Bruxelles. Elle avait fait état de blessures et du vol de ses bijoux qu'elle avait déclaré auprès de son assurance pour plusieurs milliers d'euros. 

Le parquet de Bruxelles avait ouvert une enquête car aucun élément n'avait pu confirmer les déclarations de Karin Gerard. Le dossier avait ensuite été transmis au parquet général puis à la cour de cassation.