Gouvernement

Pourquoi l'endettement de la Belgique est-il déraisonnable?

Ce lundi matin dans sa chronique BEL RTL Eco, Bruno Wattenbergh a commenté le contrôle budgétaire du week-end.

Que pensez du contrôle budgétaire conclu samedi dans la nuit?

Que ces exercices budgétaires nous laissent vraiment dubitatifs. Pour mieux comprendre il faut rappeler le contexte dans lequel se déroulait cet exercice du week-end. En octobre, comme chaque année, le gouvernement bouclait son budget 2017. Et apparemment, cela n’avait pas été évident. Un mois plus tard, la Commission européenne, qui contrôle les budgets de la Zone Euro, épinglait un budget trop optimiste. Tout le monde était donc légitimement inquiet. Dès le début de l’année, le Comité de monitoring confirmait qu’il faudrait trouver un milliard d’€ à cause de recettes et d’accises déjà inférieures aux prévisions initiales. Et puis coup de théâtre, ce milliard se réduit magiquement à 313 millions d’€ à trouver. Et ils ont été trouvés plutôt facilement ce week-end.

C’est donc une bonne nouvelle ?

Oui, d’autant plus qu’il n’y aura ni nouvelles taxes, ni nouvelle économies et que la réserve, le "buffer" comme on l’appelle, a été à peine raboté. Autre bonne nouvelle, ce budget a été ficelé sur base d’une prévision de croissance de 1,4% alors que beaucoup de sources fiables évoquent un potentiel de croissance de 1,6%, ce qui génère une seconde réserve budgétaire. Donc à court terme, oui l’exercice est satisfaisant.

Peut-on dire la même chose des perspectives à long terme ?

Pas nécessairement car l’enjeu est immense. L’objectif du gouvernement est d’arriver à l’équilibre budgétaire en 2018. C’est indispensable si l’on veut profiter de la croissance pour réduire notre endettement déraisonnable.

Pourquoi déraisonnable ?

Car il nous laisse à la merci d’une hausse de taux d’intérêt et du bon vouloir des marchés financiers. Quand on est accro à quelque chose, c’est le dealer qui fixe les règles. L’équilibre budgétaire 2018 sera très difficile à atteindre. D’abord parce que les mesures de relance du gouvernement ne dégagent que très progressivement leurs résultats en termes de cotisations sociales et fiscales. Ensuite, car la sécurité sociale dérape logiquement à cause du vieillissement de la population, mais aussi à cause du dérapage des sources de financement alternatif de cette sécurité sociale, à savoir le précompte mobilier et la TVA. Enfin, nous ne sommes encore nulle part avec la réforme de l’impôt des sociétés. Et personne de sensé ne peut penser un instant qu’une vraie réforme stimulante pour l’économie puisse être neutre budgétairement.

Bref, le véritable enjeu pour les belges ce sera le budget 2018 …

Brièvement… à combien se monte le budget de la Belgique ?

A peu près 50 milliards pour le budget de l’état fédéral, mais 80 milliards pour la sécurité sociale.