par
Aéronautique

Liège Airport a réussi à énerver le ministre flamand de l’économie

Belgique

L'aéroport de Liège s'est invité dans les épineuses discussions entre Bruxelles et la Flandre sur l’éternel problème des nuisances sonores de l’aéroport de Zaventem et du survol de Bruxelles.

L’aéroport régional, spécialisé dans le fret, a envoyé hier une lettre au Premier ministre dans laquelle il propose ses services. "Nous invitons les autorités fédérales et régionales à se saisir des réelles opportunités que présente Liège Airport dans le cas d'une solution aux problèmes de bruit liés aux activités de l'aéroport de Zaventem", y lit-on.

Une démarche qui ne satisfait pas du tout le ministre Muyters. "C'est anticiper les funérailles de quelqu'un qui n'est pas encore mort", a-t-il réagi jeudi devant le Parlement flamand, interrogé par Emmily Talpe (Open Vld).

Si des compagnies quittent Zaventem, cela aura inévitablement un impact sur l'emploi

La députée libérale a sondé le ministre quant à l'impact éventuel du dossier des nuisances sonores causées par les avions survolant Bruxelles sur l'emploi à et autour de Brussels Airport. Philippe Muyters n'a cependant pas pu donner d'estimation précise en la matière. Mais si les compagnies aériennes réduisent leurs activités à Zaventem en raison des normes sonores plus strictes, cela aura automatiquement un effet sur l'emploi, en ce compris pour les milliers de Wallons et de Bruxellois qui travaillent à ou près de l'aéroport, a-t-il souligné.

Le ministre a dit espérer que "le bon sens l'emporte". A ses yeux, son collègue bruxellois de l'Emploi Didier Gosuin joue "avec le feu" et il est également temps que les partis flamands du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale "réfléchissent à ce qui est en jeu".