Attentat au camion bélier

Le bourgmestre de Bruxelles révèle pourquoi la "Marche contre la peur" a été annulée

L'annulation de cette Marche en hommage aux victimes prévue dans le centre de Bruxelles avait été justifiée officiellement pour des raisons de capacité policière.

La "Marche contre la peur" qui devait avoir lieu le 27 mars 2016, quelques jours après les attentats qui ont frappé Bruxelles, a été annulée parce que les services de sécurité redoutaient un attentat du genre de ceux qui se sont produits par la suite à Nice et à Berlin, a indiqué ce mercredi le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, devant la commission d'enquête parlementaire.

Un attentat au camion bélier 

L'annulation de cette Marche en hommage aux victimes prévue dans le centre de Bruxelles avait été justifiée officiellement pour des raisons de capacité policière. Les forces de l'ordre étaient sur les dents depuis le 22 mars, quand des kamikazes se sont fait exploser à Brussels Airport et dans la station de métro Maelbeek.

Au mois de septembre, certains médias avaient déjà révélé que la raison était en fait liée à la préparation d'un attentat lors du rassemblement. Les deux terroristes suspectés étaient liés aux frères El Bakraoui, deux des kamikazes du 22 mars. A entendre M. Mayeur, les services de sécurité redoutaient un attentat au camion bélier. "Ce qui s'est passé à Nice et à Berlin correspond à la raison pour laquelle on m'a demandé d'interdire la manifestation", a expliqué M. Mayeur.

"J'ai dû interdire le feu d'artifice et je ne sais toujours pas pourquoi"

A cette occasion, le bourgmestre de la capitale a été mis au courant de la raison pour laquelle l'annulation était requise. Ce ne fut pas le cas fin décembre 2015 quand il a dû annuler le feu d'artifice de la nouvelle année. "J'ai dû interdire le feu d'artifice et je ne sais toujours pas pourquoi. Je ne suis pas d'accord. Ca ne va pas de responsabiliser quelqu'un qui ne connaît pas les tenants et les aboutissants", a-t-il souligné.