Salle de jeu

Une partie d'Escape Hunt à Luxembourg

On a testé pour vous
© Escape Hunt Luxembourg

Le temps d'une heure, deux de nos journalistes se sont lancés dans une partie d'Escape Hunt, dans le quartier gare de Luxembourg-Ville.

Les Escape Games ont la côte ces derniers temps. Au delà des moments ludiques qu'elles réservent, ces salles de jeu, dans lesquelles on doit résoudre en groupe une énigme en un temps imparti, ont tendance aussi à révéler les personnalités de chacun. "Il y en a toujours un qui fonce, un autre qui reste en retrait pour réfléchir, un autre qui dirige..." énumère notre hôte, Arnaud Prigent, le manager.

Depuis un peu plus d'un an maintenant, Escape Hunt a investi la place de Paris, à Luxembourg. On a choisi cette enseigne pour nous plonger dans "Le Vol de la Couronne", l'une des deux enquêtes proposées avec "Le retour de Mélusine". La maison a le mérite de proposer des thèmes en rapport avec l'histoire du Grand-Duché. Ici, c'est la couronne de la Grand-Duchesse que l'on a dû retrouver, en s'aidant des indices dissimulés un peu partout dans la salle.

L'AVIS DE RAPHAËL
"L'avantage d'être un peu geek, c'est qu'on retrouve dans les salles d'Escape Hunt des mécanismes de logique qu'on a déjà forcément connu par ailleurs. Cela passe, par exemple, par des associations de couleurs ou du décryptage de lettres ou de chiffres. Trouver la solution à telle énigme donne droit à un bout de pièce, qui, ajoutée à d'autres, débloque une autre salle... Ajoutez à ça une petite musique lorsque vous trouvez la solution, et vous êtes presque dans Zelda!

Il y a quelques mois, j'avais déjà pu "tester" l'une des salles d'Escape Hunt ayant pour thème "Le retour de Mélusine", inspiré de la légende fondatrice de l'histoire de Luxembourg. Je savais donc grosso modo à quoi m'attendre. Ces salles reposent sur trois notions : la logique, la fouille et la manipulation.

Cela ne ne nous a pas empêché de ramer, mon collègue et moi -surtout moi- et de nous sentir assez bête par moment -enfin surtout moi-, face à des énigmes qu'on devinait pas si compliquées que ça à résoudre, mais dont on ne trouvait pas la solution. Un peu comme si on bloquait face à une table de multiplication qu'on apprend à l'école primaire... alors qu'on a 25 ans de plus.

Dans ces cas-là, il y a alors deux solutions: soit vos acolytes ont un éclair de génie, soit on a droit à un petit coup de fil du "Game Master", qui suit notre enquête en direct grâce aux caméras installées dans la salle de jeu (et qui doit bien se marrer par moment).

Evidemment, on ne dévoilera pas ici tous les secrets du "Vol de la couronne", mais on peut vous dire qu'il nous a fallu une quarantaine de secondes en plus pour la trouver (on a une heure pour boucler chaque enquête). Lors du debriefing, on a été bien contents d'apprendre qu'on avait "cartonné lors de la première phase!" selon notre Game Master.

Mais il faut avouer que celui-ci nous a beaucoup aidé, certainement pour nous permettre d'apprécier l'expérience dans sa globalité. Il est vrai qu'à deux, on sentait qu'au moins un cerveau nous manquait. L'idéal, c'est d'être quatre. Ce sera pour "La Banque", troisième salle qui ouvrira d'ici quelques semaines!"
Les enquêteurs les plus motivés peuvent revêtir une casquette pour jouer à Escape Hunt. © Thomas Toussaint / RTL

L'AVIS DE THOMAS
"Avant de partir en quête de la couronne disparue, j'ai eu la chance d'avoir déjà participé à un "jeu d'évasion" (mais restons sur le terme "escape game" qui est bien plus élégant) en France. Une petite session seulement mais une expérience salutaire car résoudre une salle en n'étant que deux est loin d'être évident.

Sans smartphone et sans jamais jeter un oeil à nos montres (donc sans perturbation du monde extérieur), Raphaël et moi sommes entrés dans la salle. Sans en dévoiler les éléments de l'intrigue, nous avons, même avec un minimum d'expérience du jeu, été confrontés à des énigmes qui nous dépassaient.

Mais revenons d'abord au début du jeu. Globalement, c'est le moment le plus simple d'une partie. La salle s'ouvre, à vous d'en faire le tour pour repérer le plus rapidement possible les différents endroits ou cadenas, casse-têtes et autres mécanismes installés. Il ne vous reste plus qu'à faire de votre mieux (comprenez faire preuve d'un maximum de logique) pour résoudre ces différentes épreuves et avancer dans votre enquête.

Comme l'a dit Raphaël plus haut, nous avons réalisé un départ canon. Le problème, c'est qu'à deux, on arrive vite à court d'idée pour régler certains mystères de la salle. Et là, le "game master", qui suit votre progression via des webcams et un interphone, se révèle d'une importance cruciale.

Autant être honnête : sans lui, Raphaël et moi n'aurions jamais pu arriver au bout de l'énigme en 60 minutes. Nous avons même dépassé le temps imparti de 40 secondes. C'est peu, mais notre ego (en tout cas le mien) en a pris un petit coup. L'expérience reste super : la salle s'est révélée bien plus surprenante que je ne l'imaginais et un peu trop complexe pour deux personnes. "Trois ou quatre" c'est l'idéal, expliquait notre game master après l'heure de jeu.

Encore une fois, je ne peux pas vous dévoiler les mécanismes mais certains vous feront lâcher un petit "ouuaaah" bien mérité. Mais je ne peux que vous encourager à tenter l'expérience et voir si vous parviendrez à retrouver la fameuse couronne de la Grande-Duchesse!"
Un jeu d'échec qui sert de décoration à l'Escape Hunt de Luxembourg. © Thomas Toussaint / RTL