Musique

Orelsan a vanné et ambiancé la Rockhal

Concerts
Concerts
© Raphaël Ferber/RTL - 5minutes

Pour sa première au Luxembourg, le rappeur français a donné un concert plaisant et généreux à la Rockhal, remplie aux trois-quarts.

«Est-ce que vous avez les bases ? Non parce qu’on revient de Rouen et d’Orléans, et j’ai l’impression que vous ne les avez pas, là !» A peine a-t-il entamé "San", extrait de son dernier album La fête est finie, qu’Orelsan mettait déjà le public de la Rockhal dans l’ambiance en coupant net son morceau.




Le rappeur de 36 ans était là pour chanter d’accord, mais aussi pour vanner dans le style qu’on lui connaît tant sur scène qu’à la télé, où il apparaissait dans la mini-série Bloqués (diffusée sur Canal+ en 2015 et 2016) avec Gringe, son duo des Casseurs Flowters. «Au fait, il s’appelle comment mon premier album ?» lançait-il, pour tester les spectateurs sous ses yeux. «Le chant des sirènes» bien sûr, comment oublier ce disque qui a propulsé le Normand sur le devant de la scène rap française il y a sept ans ?

Orelsan a rafraîchi la mémoire de tout le monde en fin de concert, avec le titre éponyme "Le chant des sirènes", faisant lever les bras du public sur "La terre est ronde", s’étouffant un peu sur "Suicide Social" avant de revenir en "Raelsan". Mais c’est bien sûr pour ce troisième et dernier album sorti l’an dernier, La fête est finie, que le rappeur, tout de blanc vêtu, casquette jaune fluo sur la tête, s’était déplacé pour la première fois au Luxembourg. Boosté par le titre "Basique", repris comme un slogan et détourné à foison à la télé, ce disque lui a valu trois Victoires de la musique et un disque de diamant (500 000 exemplaires vendus).




De quoi être serein sur scène et dérouler tranquille 14 de ses titres : "Basique" évidemment, "Zone", "Dans ma ville, on traîne"… puis de prendre le temps de présenter ses musiciens, Skread notamment, collaborateur de longue date et compositeur de la plupart de ses morceaux. «Bon voilà, j’espère que vous avez passé une bonne soirée» s'amusait-il au bout de 25 minutes de concert. «Ce serait fun de se barrer maintenant hein !»

Hep hep hep, pas si vite. Le Normand en avait encore pas mal sous le pied, mettant l’ambiance avec "Bonne meuf", s’éclatant sur "Christophe" avec Maître Gims en toile de fond, présentant sa ("Défaite de) famille" via des tableaux, dialoguant avec «Mamie Jeanine» sur l’écran géant avant "J’essaye, J’essaye"… Et puis, des surprises comme ce canon à t-shirt braqué sur le public. "Mais au Luxembourg on aime les choses bien reuch, alors on ne va peut-être pas balancer des t-shirts gratuits…"

Aurélien (de son prénom) se moque de lui, aussi, de plein de choses, pour ponctuer ses rythmes lancinants et mélancoliques, et sa prestation énergique. «Je crois que vous avez les bases maintenant !» balançait-il au bout de presque deux heures de live. Ça commence à sentir "la fin des beaux jours" mais c’est quand même plus cool quand on les passe avec Orelsan.

Commentaires - Nétiquette


Les commentaires sont en train de charger, patientez un moment s.v.p.
Si les commentaires ne s'affichent pas, un AdBlocker les bloque probablement.
Vous devez le paramétrer de sorte que notre site ne soit plus bloqué.