Culture

Lauréat d'un deuxième Grammy, Justice savoure "la très belle reconnaissance"

Culture
Gaspard Augé et Xavier de Rosnay du duo français Justice ont remporté le Grammy du "meilleur album électro", le 10 février 2019 à Los Angeles
© AFP

"C'est une très belle reconnaissance, on est très fier de ce second trophée", a réagi auprès de l'AFP le duo français Justice qui a remporté le Grammy du "meilleur album électro", dimanche soir à Los Angeles.

Justice, préféré aux deux favoris Jon Hopkins et SOPHIE, ainsi qu'à Sofi Tukker et TOKiMONSTA, a été primé pour son album live "Woman Worldwide". Chose rare, car les albums studios sont généralement lauréats dans cette catégorie.

"Au départ nous avons fait ce disque uniquement pour le plaisir et pour documenter notre dernière tournée, ce qui ajoute encore plus de surprise à cette récompense", expliquent les Parisiens dont le show avait notamment marqué les esprits à Coachella en avril 2017.

Gaspard Augé et Xavier de Rosnay, qui incarnent la deuxième génération de la French Touch, marchent ainsi sur les pas de leurs aînés Daft Punk, puisque ce Grammy est pour eux aussi le second glané outre-Atlantique. En 2009, ils avaient été honorés pour le meilleur remix (d'"Electric Feel" de MGMT).

Le duo Justice, qui n'était pas parmi les nommés aux dernières Victoires de la musique françaises, où ils ont toutefois été récompensés également deux fois en 2008 et 2012, constate toutefois que "l'industrie musicale fonctionne de plus en plus de manière globale".

Fonctionnement qui leur va plutôt pas mal puisque leur prochain projet "IRIS", un "space opera" réalisé par André Chemetoff, sera présenté en première mondiale le 13 mars au South by Southwest d'Austin.

Le projet consiste en une captation de leur performance live "dans un espace vide et invisible, sans public", a indiqué le festival texan, ajoutant "qu'une structure en constante évolution proposera des visuels différents pour chaque chanson. Les images ont été filmées avec la patience, la précision et la rigueur d'un documentaire sur le cosmos".