Culture

Anniversaire des Droits de l'homme: un artiste congolais expose une statue faite de douilles

Culture
Les jambes d'une sculpture monumentale constituées de douilles de cartouches, réalisée par l'artiste et présentée au Théâtre de Chaillot à Paris
© AFP

Pour le 70e anniversaire de la Déclaration des droits de l’homme, un artiste congolais, Freddy Tsimba, a inauguré au Théâtre de Chaillot à Paris une sculpture géante fabriquée avec des douilles ramassées dans la zone de conflit à l'est de la République démocratique du Congo.

La statue spectaculaire de 4,25 m représente une femme de RDCongo qui marche. Des trous béants dans une jambe et le ventre, rappelant les exactions dont les femmes notamment sont victimes.

Deux cent vingt kilos de douilles de cartouches ont été récupérées par l'artiste, qui se faisait passer pour un illuminé pour ne pas éveiller l'attention des autorités. Des plaques métalliques d'un portail de prison ont servi à faire le socle. Signe de résilience, cette femme tient un livre fait de clefs récoltées sur les marchés de Kinshasa et censées ouvrir les portes du savoir et du partage.

C'est la première sculpture acquise par le Théâtre du Trocadéro, aujourd'hui Théâtre national de la danse-Chaillot, alors que sa direction insiste sur une ouverture aux artistes, musiciens, chorégraphes africains dans sa programmation.

"C'est un cri pour la paix, pour la vie. Il reste un long chemin à faire. Les mots ne suffisent pas", a déclaré à l'AFP l'artiste, tout juste débarqué de Kinshasa avec sa famille.

Cette inauguration coïncide avec le début d'une vaste programmation --jusqu'en juin-- au Musée de l'homme voisin, sur le thème "En droits", avec notamment une exposition du photographe brésilien Sebastiao Salgado.