par
Culture

Près de 20 millions d'euros pour donner un coup de jeune à Fourvière

Culture
La colline de Fourvière le 7 juillet 2016 à Lyon
© AFP/Archives

Le site de Fourvière qui est, avec sa célèbre basilique, le site le plus visité d'Auvergne-Rhône-Alpes, n'a pas des infrastructures dignes de son succès, estime la Fondation Fourvière qui s'est lancée dans un plan d'investissements de près de 20 millions d'euros.

"Le travail est fait dans la basilique mais dehors, ça ne va pas, ni pour les accès ni pour les flux. Le site a été conçu pour 250.000 visiteurs par an, or il en a 2,5 millions", a analysé avec lucidité l'archevêque de Lyon, le cardinal Philippe Barbarin, lors d'un point de presse lundi.

Ainsi, dès septembre 2015, la Fondation Fourvière annonçait un ambitieux projet de réaménagement qui prévoit notamment une meilleure offre de découverte, plusieurs lieux de restauration et notamment un coin pique-nique et une table d'hôtes tenue par les Apprentis d'Auteuil, des espaces d'expositions permanentes et temporaires et un réaménagement de l'esplanade qui offre la meilleure vue sur la ville, jusqu'au Mont-Blanc par beau temps.

Lundi, elle a précisé son budget avec 18 à 20 millions d'euros mobilisés jusqu'à la fin des travaux, attendue début 2020. Le diocèse de Lyon y participe à hauteur de 3 millions, aux côtés de mécènes et des partenaires publics: la région Auvergne-Rhône-Alpes (2,5 millions), la ville (1 million) et sans doute bientôt la métropole.

La région nourrit l'espoir que Fourvière devienne une vraie "porte d'entrée des grands sites de la région", de la cathédrale du Puy-en-Velay aux églises baroques de Savoie, grâce aux nouveaux espaces d'exposition, fait valoir Laurent Wauquiez, président Les Républicains de l'institution régionale.

Un son et lumière, conçu avec Stéphane Bern, est aussi en préparation et financé par la région.

La Fondation, créée en 1997, est une émanation de la Commission Fourvière, une association de familles lyonnaises qui achetèrent des terrains sur la colline au milieu du XIXe siècle, autour de la chapelle historique, et y firent ensuite édifier la basilique pour remercier la Vierge d'avoir protégé la ville des Prussiens en 1870.

Historiquement, la colline a toujours été un lieu de refuge, contre la peste en 1643 ou le choléra en 1832.