par
Letz Be Healthy

Le sexe et l'âge

Letz be healthy
© AFP

Du point de vue de la santé, il existe beaucoup d’inégalités entre hommes et femmes de par les différences physiologiques.

Nous ne sommes pas tous égaux devant l’ostéoporose ou les maladies cardiovasculaires par exemple. Figurez-vous que c’est également le cas pour l’effet des relations sexuelles sur la santé des personnes âgées. 

C’est ce qu’a démontré la première étude à grande échelle financée par le gouvernement fédéral américain, dirigée par un chercheur de l’Université d’État du Michigan et publiée en ligne dans le Journal of Health and Social Behavior. Les résultats remettent en question l’hypothèse largement répandue selon laquelle le sexe apporte des bienfaits pour la santé et ce, pour tout le monde.

Entre 2005 et 2006, les chercheurs ont analysé les données de 2.204 personnes âgées de 57 à 85 ans. Cinq ans plus tard, ils ont repris les mêmes personnes et mesuré le risque cardiovasculaire comme l’hypertension, le rythme cardiaque rapide, le taux élevé de la protéine C-réactive (marqueur de la présence de plaques athéromateuses) et les événements cardiovasculaires généraux: crise cardiaque, insuffisance cardiaque et accident vasculaire cérébral.

ET VOICI LES RÉSULTATS
L’étude a constaté que les hommes plus âgés qui avaient des rapports sexuels une fois par semaine ou plus étaient deux fois plus susceptibles d’avoir des problèmes cardiovasculaires que les hommes qui étaient sexuellement inactifs. Ce risque n’a pas été observé chez les femmes.

En outre, les hommes plus âgés qui ont trouvé le sexe avec leur partenaire extrêmement agréable ou satisfaisant avaient un risque plus élevé d’événements cardiovasculaires que les hommes qui éprouvaient moins de satisfaction. Une explication plausible serait que les hommes plus âgés ont plus de difficultés à atteindre l’orgasme pour des raisons médicales ou émotionnelles que leurs homologues plus jeunes.

Le stress et les efforts demandés par une relation sexuelle sont plus éprouvants avec l’âge pour les hommes alors qu’ils ont de moins en moins d’énergie et davantage de difficultés à avoir une érection. Ils peuvent aller jusqu’à un plus grand degré d’épuisement et ainsi stresser leur système cardiovasculaire afin d’atteindre l’orgasme. La diminution des taux de testostérone et le recours à des médicaments pour remédier aux dysfonctionnements sexuels pourraient aussi contribuer aux problèmes cardiovasculaires masculins.

Pour les femmes, c’était une autre histoire. Les participantes qui ont trouvé que le sexe était extrêmement agréable ou satisfaisant présentaient un risque d’hypertension plus faible que les femmes qui n’éprouvaient pas la même satisfaction.

Une explication serait que l’hormone sexuelle féminine libérée pendant l’orgasme peut également favoriser la santé des femmes. Des études antérieures suggèrent qu’une relation forte est une source importante de soutien social et émotionnel, qui peut réduire le stress et promouvoir le bien-être psychologique et, à son tour, la santé cardiovasculaire.

D’après cette étude, c’est peut être plus pertinent pour les femmes que pour les hommes. Au XVIe siècle, l’orgasme était appelé la petite mort, on comprend maintenant pourquoi !