Le petit coin de l'ouvreuse

Question sans réponse

L'Ouvreuse
© RTL

Comme c’est la tradition en début de chaque nouvelle année, tout le monde remet le compteur à zéro, tout le monde prend de bonnes résolutions, tout le monde se pose des questions. L’ouvreuse aussi.

Une question primordiale qui donne des insomnies à l’ouvreuse depuis la sortie de SUPERJHEMP RETÖRNS est celle-ci: Pourquoi la cancoillotte maigre 0 % de Juxlait achetée chez Cora ou Delhaize est-elle plus liquide que celle achetée chez Kaktus ? C’est le même Kachkéis qui fait décoller notre Jhemp national... et pourtant, il coule moins chez l’un que chez les deux autres. C’est peut-être une sombre conspiration concoctée par le sinistre Avant-Premier Brettelle, en attendant une éventuelle suite du film imaginée par Félix Kochkéis, suite qui ne saurait tarder, puisque ce sacré Jhemp est sur le point de faire exploser la barre des 60.000 spectateurs et spectateuses, ayant déjà battu à plates coutures des champions du box-office nationul comme les Avengers, Black Panther ou autres A Star is born. Même les dirigeants du Kinoplease n’en reviennent pas, c’est à se demander si on ne verra pas un remake flamand de Superjhempeke un de ces jours. Une chose est certaine, le succès de notre Jhempi national a même été remarqué à l’étranger, puisqu’une version sous-titrée anglaise est en train d’être finalisée pour le marché du film au Festival de Berlin en février. Et petit scoop quand-même, c’est à l’ouvreuse qu’on a demandé de faire causer le Jhemp en angliche. Ce qui, hélas, ne résout pas le mystère du Kachkéis qui coule.

© Samsa Film
Autre question que l’ouvreuse se pose depuis vendredi dernier, depuis qu’elle a fait part, ici même, de son Top 15 Cinéma pour 2018 : Est-ce que les gens savent lire ? Elle avait pourtant précisé que c’était SON Top 15, et non celui de quelqu’un d’autre. Quand est-ce que les gens comprendront qu’une critique de cinéma n’est JAMAIS objective, puisqu’il s’agit de l’opinion subjective et personnelle de la personne qui écrit l’article et non de celui qui le lit. Est-ce vraiment trop demander au lecteur que de comprendre que le critique ne veut ni ne peut se projeter dans la tête du lecteur, dont il ne peut ni ne veut connaître le contenu. À chacun de se former sa propre opinion en voyant le film – avant ou après avoir lu la critique. L’ouvreuse ne fait qu’exprimer sa propre opinion et non celle de ses 150.000 lecteurs ou lecteuses. (NDLR : Continue de rêver !)

© Les Films Fauves
Tenez, à peine après avoir fait part de la liste de SES 15 films préférés pour 2018, des zigotos de toutes les couleurs lui ont jeté à la figure à peu près tous les films sortis en 2018 (même sur Netflix) que l’ouvreuse aurait oubliés dans son Top 15. Putain, que voulez-vous que Madame fasse, à moins que l’année prochaine, elle vous prépare un TOP 150 ou TOP 200, pour être sûre et certaine de ne surtout oublier aucun film, que ce fusse la plus pire des conneries françaises ou la plus abjecte des horreurs américaines de derrière les fagots. Autre question: Pourquoi un mec reproche-t-il à l’ouvreuse d’avoir inclus un film luxembourgeois (Gutland) et une coproduction luxembourgeoise (The Breadwinner) dans son Top 15, en allant jusqu’à insinuer que votre servante a un préjugé favorable envers notre cinéma national pour des raisons sombrement obscures qui ressembleraient à un conflit d’intérêt. Cette personne oublierait-elle que l’ouvreuse a été la première Luxembourgeoise à découvrir et à adorer (!) Gutland au Festival de Toronto en septembre 2017 (!), où Madame a également vu – avant tout le monde - la merveille animée de Nora Twomey, qui soit dit en passant, continue d’accumuler les récompenses un peu partout dans le monde. Et comme le merveilleux Roma d’Alfonso Cuaron n’a été visible que sur Netflix, pourquoi l’inclure dans le Top 15 des films sortis en salle au Luxembourg. Encore une question qui restera sans réponse.

© Melusine / 352
Tout comme la question concernant cet autre mec qui a visionné la majeure partie de Gutland en avance rapide (fast forward, en angliche), avant de se permettre de massacrer le film sur sa page Fatzbukk. Et tous les lemmings derrière qui viennent répéter qu’il n’est donc pas nécessaire de se taper le film. Même gratos sur RTHell. Et coule le Kachkéis...

Marie-Amandine
Pouffiasse de service