Le petit coin de l'ouvreuse

Chéri, je vois double

L'Ouvreuse
© RTL

Même si certaines exceptions confirment la règle, l’ouvreuse n’aime pas trop perdre le précieux temps qui lui reste sur cette planète (putain, elle a 65 ans, elle a encore reçu du chewing-gum des Américains) avec les suites, les remakes, les reboots et les resucées au cinéma. Il est vrai que cette pratique existe depuis l’aube des temps, il est vrai aussi que quelques rares remakes sont meilleurs ou du moins équivalents à l’original, mais ce qui se passe (surtout à Hollywood) depuis quelques années, est tout simplement débile. Of course, pecunia non olet, comme dirait Scrooge McDuck ("Picsou" pour les francophones, "Onkel Dagobert" pour les Lëtzeboier).

Ce mercredi matin aux premières heures, Marie-Amandine s’est amusée à vérifier la programmation actuelle des salles du Kirchberg et elle a constaté something frightening: The Grinch (2e remake), Robin Hood (ne comptez même pas, le premier "Hood" date de 1907), Widows (adaptation d’une série télévisée britannique), Crimes of Grindelwald (suite), A Star is born (troisième voire quatrième remake), The Girl in the Spider’s Web (suite), Johnny English strikes again (suite) et Suspiria (remake de 152 minutes d’un film d’horreur qui jadis en dura 94). En d’autres termes, huit films dans les dix salles sont soit des suites, soit des remakes. Il est vrai que WIDOWS et A STAR IS BORN sont de très bons films, mais cela confirme aussi la théorie de la truie aveugle qui trouve une truffe une fois dans sa vie. Au moins, le régional de l’étape (Superjhemp retörns, plus de 40.000 entrées) n’est PAS un remake. Mais ça, ça doit être la faute à Gambia ! (Note du chef : Tu avais promis "pas de politique". Note de Marie-Amandine : T’as jamais entendu parler de la maladie d’Alzheimer ?).

Et ça ne s’améliore pas ! Tenez, Disney. Le 22 novembre dernier, ils ont lancé le teaser-trailer de leur remake (en live action, avec moult bébêtes numériques) de The Lion King, qui fut un des plus grands succès du studio dans sa version animée. En 24 heures, la bande-annonce a été vue par 224.6 millions de personnes dans le monde, ce qui veut dire d’ores et déjà que Disney fera un tabac monumental lorsque le film sortira en juillet 2019. L’ouvreuse estime des recettes en salles de plus d’un milliard de dollars, sans compter les rentrées auxiliaires et les jouets. D’un point de vue commercial, le pari est déjà gagné, mais en regardant la bande-annonce, on se demande vraiment à quoi ça sert, sauf à faire du flouze. Oui, bien sûr que c’est bluffant, mais où reste la magie dans tout ça, puisqu’on a déjà eu un Roi Lion magiquement animé en 1994. La recette faisant recette, sachez que des remakes similaires de Dumbo (par Tim Burton), Aladdin, Mulan et The Lady and the Tramp sont déjà en route. Ah oui, Mary Poppins returns aussi ce Noël. Sans oublier que Disney avait fait un remake numérique de The Jungle Book en 2016, mis en scène par Jon Favreau, c’est lui qui signe le nouveau Roi Lion. Et comme 2016 remonte à des décennies, Andy Serkis a fait un remake numérique du remake numérique du Livre de la Jungle, non pas pour Disney, mais pour Netflix, où le film débutera dans toutes les chaumières globales le 7 décembre prochain. Bon ou mauvais, une chose est sûre, ce nouveau Jungle Book ne bloquera aucune salle au Kirchberg, où il laissera la place à d’autres suites, remakes, reboots ou resucées, dont certains gagneront du fric et beaucoup d’autres se casseront la figure.

Comme cadeau de Noël (que l’ouvreuse passera à Rio, pas le ciné, la capitale), Marie-Amandine vous a concocté une petite liste de tous ces films brillamment originaux qui se préparent : Addams Family ;  Top Gun ; Godzilla ; Avatar ; West Side Story ; Pet Sematary : Star Wars 9 : The Avengers ; Men in Black ; Jumanji ; Terminator ; Shaft ; encore un Godzilla, qui cette fois affronte King Kong ; Charlie’s Angels ; Bumblebee ; Spider Man (2 films) ; Wonder Woman ; Jacob’s Laddder ; John Wick ; Creed ; Hellboy ; Toy Story ; Rambo ; M (oui, un remake du Fritz Lang) etcetera, etcetera, etcetera.

Sans oublier la crème de la crème pour la fin : The Passion of the Christ : Resurrection, produit et mis en scène par cet ultra-catholique de mes deux qu’est Mel Gibson. Qui travaille aussi sur un remake de, tenez-vous bien, The Wild Bunch. Permettez à l’ouvreuse de dégueuler un bon coup ! 

Marie-Amandine, Marie-Amandine
elle rigole et assassine