Insolites

Des installations miniatures pour souris dans les rues de Malmö

Insolites
Capture d'écran d'une vidéo de l'AFPTV montrant des installations miniatures pour souris dans une rue de Malmö, le 7 février 2019
© AFP

Souris-re aux lèvres, un trentenaire se penche pour photographier une minuscule poubelle et une pancarte lilliputienne disposées devant un immeuble imposant d'une rue de Malmö dans le sud de la Suède.

Incongru? Non, car ces objets qui semblent sortis d'une maison de poupée signalent une création d'Anonymouse, un groupe d'artiste désormais célèbre pour ses constructions dans l'espace urbain d'installations pour souris, un décor digne des dessins animés comme Ratatouille.

"Un matin, il y avait tellement de monde devant l'immeuble, on n'a pas compris pourquoi", s'amuse Irene Bengtsson, une habitante de 74 ans. "On est descendus et on a vu cette petite installation", explique-t-elle à l'AFP.

A côté d'une bouche d'aération de son immeuble, deux maisonnettes aux couleurs pastel qui tiendraient dans une boite à chaussures.

Encastrées dans la façade, elles représentent une école de danse au-dessus d'un salon de barbier et une pension pour souris "perdues et voyageuses".

Elles ont été aménagées dans le plus grand secret par un collectif d'artistes coutumier de l'exercice.

Les Anonymouse, qui protègent farouchement leur identité, ont présenté leur première oeuvre, un restaurant et un marchand de noix, en décembre 2016.

A l'époque, attachés au monde de contes comme Bernard et Bianca, "où des animaux vivent dans un univers parallèle au nôtre où ils prennent soin des choses qu'on perd", ils voulaient tenter de reproduire un microcosme similaire, se souvient un porte-parole des Anonymouse se présentant sous le nom de Yasha Mousekewitz.

"On pensait bien que ça mettrait peut-être du baume au coeur des passants, mais ça a pris de plus grandes proportions alors on a continué", écrit-il dans un courriel à l'AFP.

"Je trouve ça chouette de trouver dans la ville des choses inattendues, bien pensées, rigolotes. J’aime bien", s'enthousiasme Jenny Berg, une passante.

Même sous la pluie, les piétons s'arrêtent émerveillés pour admirer les détails de la pension "Pattes à pattes", le fauteuil du Barbier "Hair and Furever" ou la barre de l'école de danse de Mama Mousekewitz.

Les Anonymouse, trois à sept artistes selon les projets, ont désormais plus de dix constructions à leur actif: du parc d'attractions à la station-service, en passant par l'antiquaire et l'agence de voyage. Et ils ont même posé leurs bagages dans d'autres villes en Suède et au-delà des frontières du royaume scandinave, à Bayonne et sur l'île de Man.

Pour chaque projet, ils utilisent la même technique: matériaux de récupération et plongée dans l'univers onirique des animaux.

"On prend tout ce qu'on peut trouver et on essaie de penser à quoi une souris pourrait utiliser l'objet et on construit en partant de là", précise Yasha.

Coquillages et coton-tiges ont ainsi une nouvelle vie dans ces créations que le public peut venir admirer tant qu'elles n'ont pas été abîmées. "Si pour une raison ou une autre elles sont endommagées, on les enlève", conclut Yasha.

A Malmö, l'installation a été dévoilée mi-décembre.